BFM Business

Pourquoi l'administration Trump rend responsable le géant Walmart de la crise des opiacés

La justice américaine attaque Walmart, la plus grande enseigne de grande distribution du monde, pour avoir illégalement distribué des médicaments avec opiacés à l'origine d'une des plus grandes crises sanitaires de ces dernières années.

La justice américaine a annoncé mardi qu'elle poursuivait le géant de la distribution Walmart, l'accusant d'avoir alimenté la crise des opiacés qui fait des ravages aux Etats-Unis. Le ministère de la Justice demande "des sanctions au civil qui pourraient se solder en milliards de dollars", indique-t-il dans un communiqué.

Il estime que Walmart a illégalement distribué des substances normalement contrôlées dans les pharmacies que le groupe exploite à travers les Etats-Unis et "a distribué illégalement des substances contrôlées et sous ordonnance au plus fort de la crise des opiacés".

"En tant que l'une des plus grandes chaînes de pharmacies et distributeurs de médicaments du pays, Walmart avait la responsabilité et les moyens d'aider à prévenir le détournement d'opiacés", a déclaré Jeffrey Bossert Clark, procureur général adjoint par intérim cité dans le communiqué.
"Au lieu de cela, pendant des années, il a fait le contraire: accepter des milliers d'ordonnances invalides dans ses pharmacies et omettre de signaler les ordonnances suspectes d'opiacés", a-t-il ajouté, soulignant que "ce comportement illégal a contribué à l'épidémie d'abus d'opiacés à travers les Etats-Unis".

La dépendance aux médicaments opiacés a fait plus de 400.000 morts aux Etats-Unis entre 1999 et 2018. Leur consommation a explosé à partir de 2013, conduisant le président Donald Trump à déclarer une "urgence de santé publique" en 2017. Cette crise a même été jugée responsable de la baisse de l'espérance de vie aux Etats-Unis entre 2014 et 2017.

Fin octobre, Walmart avait lui-même dénoncé devant un tribunal une tentative injuste du gouvernement de lui faire "porter le chapeau" pour la surconsommation de médicaments opiacés ultra-addictifs.

Dans sa plainte enregistrée devant un tribunal fédéral du Texas, la chaîne de supermarchés - qui compte quelque 5.000 magasins aux Etats-Unis, avec presque tous des points pharmacie - estime qu'en reprochant à ses pharmaciens de ne pas avoir refusé de fournir des opiacés prescrits par les médecins, le ministère de la Justice et l'agence américaine de régulation des médicaments DEA mettaient les pharmaciens "dans une position intenable".

Poussés par un marketing agressif des laboratoires pharmaceutiques, auprès des médecins surtout, la prescription de médicaments anti-douleur opiacés, jusque-là réservés aux maladies graves, a explosé à la fin des années 90.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi avec AFP Journaliste BFM Éco