BFM Business

Plus d'un millier de restaurateurs attaquent les éditeurs de titres restaurants

Après avoir été condamnés à une amende de 415 millions d'euros en 2019, les émetteurs de titres font face à une plainte des restaurateurs.

Les tickets restaurants dans le collimateurs des restaurateurs. Après avoir été condamnés à une amende de 415 millions d'euros en 2019, les sociétés Edenred, Sodexo, Natixis Intertitres ou encore Up vont cette fois faire face à une action en justice menée par un collectif de restaurateurs.

Le GNI, syndicat patronal des indépendants de l'hôtellerie restauration, appelle en effet les restaurateurs à se fédérer via une plateforme pour obtenir réparation en justice du préjudice causé par les pratiques anti-concurrentielles des sociétés émettrices.

Une action collective déjà soutenue par plus de 1000 restaurateurs, révèle ce jeudi sur BFM Business Laurent Fréchet, le président de la branche des restaurateurs du GNI.

"L'Autorité de la Concurrence a dit que ces acteurs se sont mis d'accord pour freiner le développement de la dématérialisation des titres avec les cartes de type carte bleu qui permettent de régler sans les titres papiers, rappelle le restaurateur. Ils ont empêché des nouveaux acteurs de rentrer sur ce marché", explique Laurent Fréchet.

Si les restaurateurs souhaitent voir émerger plus de concurrence, c'est pour voir baisser les commissions des émetteurs.

"Le préjudice pour les professionnels, c'est le fait que les commissions ont été maintenues à un taux artificiellement élevé, déplore Laurent Fréchet. Grosso modo, le taux moyen était de l'ordre de 3,5% sur les titres papier, il est de l'ordre de 4,5% sur les titres dématérialisés. Quand on compare ça avec le taux de carte bleu qui est de l'ordre de 0,4-0,5% on se dit 'où va l'argent?' ".

Le marché des titres restaurants s'élève en France à 7 milliards d'euros.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco