BFM Business

Cartel des titres restaurant: 414 millions d'euros d'amendes dont 157 millions pour Edenred

L'Autorité de la concurrence a sanctionné 4 entreprises, dont Edenred et Sodexo, coupables d'avoir verrouillé le marché des titres restaurant. Sa présidente explique cette décision dans Inside sur BFM Business.

L'Autorité de la concurrence a annoncé mercredi avoir infligé 414 millions d'euros d'amendes aux sociétés Edenred, Sodexo, Natixis Intertitres et Up, pour une entente portant sur des échanges d'informations et un "verrouillage" du marché des titres restaurant.

Dans le détail, Edenred, émetteur de Tickets Restaurant a été le plus lourdement sanctionné avec une amende de 157 millions d'euros, suivi par Sodexo, qui écope de 126 millions d'euros d'amende, puis Natixis Intertitres, avec 83 millions et enfin la société Up, 45 millions d'euros, a détaillé le gendarme de la concurrence lors d'une conférence de presse.

A voir ci-dessous, l'interview de Isabelle de Silva, présidente de l'Autorité de la concurrence

Ces amendes représentent la 3ème sanction plus élevée prononcée depuis 2009, derrière celles infligées au secteur des produits d'entretien (951,2 millions) en 2014 et des messageries (672,3 millions) en 2015.

Concrètement, les entreprises ont été épinglées pour une entente portant sur des échanges d'informations - elles se communiquaient leurs parts de marché mensuelles respectives - et un "verrouillage" du marché des titres restaurant, qui a freiné la dématérialisation de ces derniers, que ces entreprises voulaient retarder. C'est d'ailleurs un nouveau venu, Resto Flash, qui a saisi l’Autorité de la concurrence en 2015.

Mercredi, le groupe Edenred a affirmé dans un communiqué "réfute(r) catégoriquement les deux griefs reprochés par l'Autorité de la concurrence française", et indiqué vouloir "faire appel" de cette décision. Le groupe n'a pas provisionné pour régler cette amende, a précisé une porte-parole à l'AFP. Le montant est "immédiatement exigible", selon l'Autorité.

De même, la société Natixis a affirmé son intention de faire appel et s'est dite "extrêmement surprise de cette décision qui lui semble dépourvue de fondement et totalement disproportionnée".

TL, avec l'AFP