BFM Business

Philippe Martinez: "nous contestons l'ensemble de la réforme de l'assurance chômage"

Invité de BFMTV, le secrétaire général de la CGT réagit aux modifications annoncée par la ministre du Travail Elisabeth Borne.

"Cette réforme est injuste, car elle va pénaliser ceux qui sont déjà dans une situation difficile". Invité de BFMTV, le secrétaire général de la CGT répète son opposition envers la réforme de l'assurance chômage portée par la ministre du Travail Elisabeth Borne.

Alors que cette dernière a annoncé mercredi soir au Parisien une modification des règles de calcul, qui limiterait les risques pour les personnes en congé maladie, maternité ou en activité partielle d'être pénalisé, ce n'est pas assez pour Philippe Martinez.

"La ministre s'est rendu compte que dans cette réforme injuste, certaines personne étaient encore plus pénalisées que les autres. Mais au-delà des congés maternité et des arrêts maladie, c'est bien l'ensemble de cette réforme que nous contestons", insiste le responsable syndical.

Travailler sur le pouvoir d'achat

À la question de l'ouverture des commerces le dimanche, envisagée par le gouvernement pour accompagner la reprise, Philippe Martinez oppose le pouvoir d'achat, levier principal selon lui.

"Si on ouvre 7 jours par semaine, mais qu'on a rien à dépenser, cela ne change rien , critique-t-il. Si l'on veut relancer l'économie, il faut travailler sur le pouvoir d’achat."

"Le télétravail doit rester un choix"

Popularisé par la crise, le télétravail pourrait perdurer. Mais pour Philippe Martinez, il ne faut pas que cela soit au détriment de la santé des salariés.

"Le télétravail doit être choisi par le salarié. Et il faut préserver du lien avec les collègues", recommande-t-il.

De plus, il s'inquiète de la rupture du lien entre les syndicats et les salariés provoquée par le travail à la maison. "Il faut que la loi évolue pour permettre aux syndicats de pouvoir aller chez les gens", suggère-t-il.

Samuel Kahn