BFM Business

Open space, ascenseur, température... Tout ce qui devrait changer pour votre retour au bureau

-

- - Pexels

Le Ministère va dévoiler un protocole de déconfinement pour les entreprises privées. Espace de 4 m² par personne, pas plus de deux par ascenseur, poignées désinfectées... Mais pas de contrôle de température obligatoire.

Le 11 mai si vous retournez au travail, vous risquez de trouver le bureau changé. Machines à café peut-être inutilisablestoilettes condamnées, cantines fermées... Le retour à la normale ne se fera pas du jour au lendemain.

Et dans les bureaux ce sera pareil. Le ministère du Travail va présenter un protocole pour que les entreprises du privé s'organisent pour le déconfinement, révèle ce dimanche le JDD. Alors que le Medef, la CFDT et la CFTC ont appelé samedi les entreprises à mettre en oeuvre le plus rapidement possible un plan de déconfinement pour que le travail puisse rapidement reprendre, le gouvernement donne donc des consignes. 

Selon le quotidien, le protocole va imposer un espace de 4 m² par salarié dans les bureaux et les commerces. Les petits open spaces avec des salariés collés les uns aux autres seront donc proscrits. Pas plus de 25 personnes donc sur un open space de 100 m². A défaut, il faudra rendre le port du masque obligatoire. Mais l'entreprise n'a pas obligation de le fournir.

Pas plus de deux par ascenseur

Et cet espace de 4 m² devra être respecté dans tous les lieux de l'entreprise, que ce soit le bureau, la cafétéria, les couloirs... Vous allez certainement beaucoup plus marcher et monter des marches d'escalier puisque cette règle s'applique aussi aux ascenseur. Pas plus de deux personnes dans un ascenseur de 8 m² et une seule personne dans un ascenseur plus petit. Et s'il n'est pas possible de respecter cette distanciation sociale dans l'ascenseur, le port du masque sera alors obligatoire.

Les portes tambours (les portes tourniquets à l'entrée des immeubles) devront être condamnées. Ou à défaut du gel hydroalcoolique doit être distribué avant et après le passage. Les locaux devront être désinfectés et les parties en contact avec les mains comme les poignées de porte, les interrupteurs, les rampes d'escalier, les boutons des toilettes doivent l'être plusieurs fois par jour. 

Enfin certaines choses déjà pratiquées par les entreprises ne seront pas obligatoires. Comme la prise de température considérée comme fiable ainsi que le port des gants qui est déconseillé hormis pour les professions qui sont en contact fréquent avec des objets comme dans la logistique et la livraison.

Enfin le ministère édicte une interdiction: celle d'effectuer des campagnes de dépistage pour l'ensemble des salariés. Seuls les médecins du travail et traitant pourront prescrire un test si un salarié présente des symptômes. Et le ministère est très strict sur ce point. L'employeur qui contreviendrait à cette obligation engagerait sa responsabilité pénale. 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco