BFM Business

Noël 2020: les transporteurs de colis en ordre de bataille

L'informatisation des outils de gestion, le succès de l'e-commerce et la demande croissante de livraisons rapides contribuent au succès de la logtsique et des transports.

L'informatisation des outils de gestion, le succès de l'e-commerce et la demande croissante de livraisons rapides contribuent au succès de la logtsique et des transports. - Denis Charlet - AFP

Alors que les achats en ligne, et donc les livraisons, devraient exploser, La Poste, UPS, DHL, FedEx... se préparent à une activité record. Panorama.

Une récente étude d'un distributeur de produits technogiques montre que 31% des consommateurs Français ne souhaitaient pas faire leurs emplettes en boutique physique en raison du covid. Tout porte donc à croire que les achats en ligne vont exploser et donc les livraisons qui vont avec.

Les transporteurs nationaux et internationaux ont bien pris la mesure de ce Noël 2020 bien particulier qui risque bien d'afficher des records en termes de trafic et de livraisons. Tous ont anticipé et se sont mis en ordre de bataille pour affronter cette vague et pour que tous les cadeaux prennent bien place au pied des sapins.

>La Poste

Le groupe français estime que plus de 100 millions de colissimos sont attendus soit 30% de plus que l’année dernière à la même période et des pics à 4 millions de colis par jour en décembre contre 3,1 millions en 2019. Pour ceux qui enverront des colis à l'étranger, DPD (une filiale de La Poste), 14 millions de colis sont prévus certains jours contre 10 millions l'an passé.

Pour faire face, "un dispositif exceptionnel" a été déployé avec 18 plateformes Colissimo, dont 4 nouvelles. Celles-ci "permettront de traiter chacune jusqu’à 35.000 Colissimo par heure contre 10 à 15.000 pour les plateformes de précédente génération".

Dans le même temps, plus de 9000 recrutements de saisonniers sont programmés "pour assurer la logistique dans les plateformes de tri colis, la distribution des colis et l’accueil et la prise en charge des clients dans les bureaux de poste".

>Mondial Relay

L'entreprise française prévoit de son côté un volume de colis multiplié par 2 par rapport à l’activité habituelle et plus de 3 millions de colis traités par semaine.

Pour la distribution des colis, 16 points de distribution (en renfort des 24 agences régionales) sont mis en place, le groupe précise que l'ouverture d’un nouveau Hub à Lyon, de nouvelles agences (Niort, Chambéry, Rennes…), et la mécanisation des anciens sites vont permettre d'augmenter la capacité de tri.

Et malgré le contexte, Mondial Relay annonce une augmentation du nombre de Point Relais (les commerçants où on retire les colis) à 10.000. Comme ses concurrents, les effectifs ont été revus à la hausse avec "le doublement" des personnels sur site.

A noter, pour les Points Relais qui resteront ouverts, l’enseigne va doubler la commission pour tous les colis livrés (la mesure est effective depuis ce mois de novembre). "Soit plusieurs millions d’euros alloués à l'indemnisation des commerçants", avance l'entreprise.

>UPS

Le transporteur américain se dit "bien équipé pour faire face aux défis de la pandémie et de la haute saison des fêtes".

Il met en avant le recrutement dans le monde de 39.000 personnes en contrat indéterminé au cours du deuxième trimestre 2020 (tri et chauffeurs) et de 100.000 employés saisonniers dans le monde entier pour les vacances.

"Nous travaillons en étroite collaboration avec nos clients de grande et moyenne taille afin d’orienter le volume à la capacité et de garantir la fiabilité du réseau UPS pour tous les clients. Les stratégies de collaboration avec nos plus gros clients pendant cette période consistent notamment à aider à déplacer le volume des colis des jours d'expédition les plus chargés, à utiliser pleinement la capacité du week-end et à aligner les stratégies promotionnelles sur la capacité", nous explique le groupe.

Concernant spécifiquement le marché français, UPS n'a pas été en mesure de répondre à nos questions.

>DHL

Le transporteur s'attend "à de nouveaux sommets" et table sur une augmentation de 50% de volumes attendus sur son réseau mondial en fin d'année par rapport à la même période en 2019.

En France, DHL Express anticipe une hausse de 35% de ses volumes transportés pour les fêtes de cette année, par rapport au reste de l'année, et 20% de colis supplémentaires par rapport à Noël 2019, soit 4,5 millions de colis.

Sur les journées les plus chargées, le transporteur prévoit de traiter jusqu'à 300.000 colis par jour en France.

"Les volumes que nous traitons sur la période de Noël sont chaque année plus importants, en raison de l'essor structurel du e-commerce. Cette année, la conjoncture donne un nouveau coup d'accélérateur à ce rythme avec la Covid-19 et le reconfinement", commente Philippe Prétat, PDG de DHL Express France. "Les comportements de consommation évoluent en effet plus vite que la normale et le contexte a poussé beaucoup de consommateurs et d'acheteurs professionnels à franchir le pas des achats sur internet".

Le groupe a embauché en France 500 saisonniers et propose également à tous ses collaborateurs de prêter main-forte aux équipes opérationnelles pour traiter les colis.

DHL annonce également 4 vols supplémentaires chaque jour, soit au total 40 vols quotidiens qui relieront les 49 sites opérationnels français au reste du monde, et 250 liaisons routières supplémentaires, soit 2000 au total sur tout le territoire.

Le groupe anticipe aussi les prochaines années puisqu'il a annoncé un investissement de 170 millions d'euros en France sur le site de Roissy CDG permettant d'ici octobre 2021 de multiplier par 14 ses capacités.

>FedEx

Le groupe constate depuis mars des volumes similaires à ce qu'il connaît habituellement pendant la plus forte de la périodes d'expédition pour Noël.

Face à la montée en charge, FedEx arenforcé ses équipes avec des postes saisonniers. La capacité de fret aérien reste limitée et "nous avons ajouté des vols supplémentaires pour répondre à la demande croissante dans un environnement contraint, notamment pour les expéditions d'Europe vers d'autres régions", nous explique-t-on.

130 à 170 mouvements aériens supplémentaires par mois sont réalisés et le groupe utilise des avions de réserve pendant les périodes de week-end pour assurer l’acheminement des marchandises.

"Notre nouveau système de tri automatisé récemment mis en place (appelé "Small Parcel Sort System") peut trier jusqu'à 22.000 documents et petits colis par heure. Ce système de tri complète notre capacité de 32.000 colis par heure et s'inscrit dans le cadre du plan de modernisation et d'augmentation de la capacité du Hub de Roissy-Charles de Gaulle", ajoute FedEx.

>OnTruck

La plateforme digitale de transport routier dédiée aux expéditeurs et transporteurs prévoit une augmentation 25% des chargements (par rapport à octobre).

La semaine précédant Noël devrait également voir la demande augmenter de 35% par rapport au mois de novembre. Le pic de demandes est attendu 3 décembre.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business