BFM Eco

Muriel Pénicaud: "Il n'y a pas de vague de licenciements grâce au chômage partiel"

Muriel Pénicaud,

Muriel Pénicaud, - BFMTV

La ministre du Travail a expliqué que la hausse spectaculaire du chômage en avril n'était pas due à une vague de licenciements mais à un transfert des demandeurs d'emploi de catégorie B et C vers la catégorie A.

Invitée ce jeudi sur notre antenne pour commenter la hausse record du nombre de chômeurs de catégorie A inscrits à Pôle emploi en avril, Muriel Pénicaud a indiqué qu'"il n'y a pas de vague de licenciements grâce au chômage partiel, au système massif, très protecteur et automatique qu'on a mis en place".

En effet, cette hausse brutale du nombre de demandeurs d'emploi vient essentiellement de la faiblesse des embauches qui conduit les chômeurs de catégorie B et C (activité réduite) à être transférés vers la catégorie A:

"Les entreprises depuis deux mois ne recrutent presque plus et c'est tous ceux qui étaient en CDD, en intérim qui passent en catégorie A. C'est-à-dire qu'ils n'ont plus du tout d'activité alors qu'ils arrivaient à avoir des contrats régulièrement", a ajouté la ministre du Travail. Autrement dit, les sorties de Pôle emploi demeurent beaucoup plus faibles qu'en temps normal.

Une vague de licenciements n'est toutefois pas à exclure dans les semaines ou mois qui viennent. "La crise sanitaire se transforme en crise économique te sociale qui peut être profonde", a prévenu Muriel Pénicaud, soulignant néanmoins que "la meilleure garantie pour l'emploi (...) c'est la reprise" et rappelant que le nombre d'offres d'emploi était quasiment revenu à son niveau d'avant confinement.

Paul Louis