BFM Eco

Malgré la crise sans précédent, certains métiers continuent à être recherchés

-

- - -

En deux mois les offres d'emplois ont chuté de 45% en France. Pourtant certaines professions ont malgré tout le vente en poupe: agent immobilier, infirmier et auxiliaire de vie.

Le confinement a logiquement massacré le marché de l'emploi. Si le chômage a enregistré en mars une hausse record de 7,1%, les offres d'emplois ont elles chuté de 45% entre la fin du mois de février et le début du mois de mai. Selon Randstad, le pays en dénombrait 159.160 au 28 février, contre seulement 87.448 au 1er mai.

"La mise en œuvre du confinement sur l’ensemble du territoire le 16 mars 2020 a logiquement impacté le marché de l’emploi. Mais ce sont les proportions dans lesquelles il s’est contracté qui impressionnent, indique Randstad dans son étude. Mais c’est la semaine du 16 mars que le coup d’arrêt sur l’emploi s’est vraiment fait sentir. Le nombre d’annonces s’est soudainement effondré de près de moitié (-45%) en une seule semaine."
emploi
emploi © Randstat

Si la plupart des métiers ont souffert durant la période, certains ont mieux résisté que d'autres.

Ainsi si la demande s’est réduite de 29% sur un an, le technicien de maintenance reste encore le profil le plus recherché dans cette période de crise avec 12.197 annonces publiées pour cette qualification en mars 2020 et 10.052 en avril. 

emplois
emplois © Randstad

Mais si le nombre d'offres a malgré tout baissé pour les techniciens de maintenance, certaines professions ont été plus recherchées cette année qu'il y a un an. Il s'agit logiquement des infirmiers, en première ligne dans la crise, qui avec 8012 offres d’emplois publiées en avril 2020, ont vu la demande croître de 9% sur un an.

Même logique pour les auxiliaires de vie (les personnes qui s'occupent des personnes âgées) dont la demande de compétence a cru de 6% en un an avec 6158 annonces en avril.

Plus étonnant, les agents immobiliers ont eux aussi le vent en poupe. C'est actuellement la deuxième profession la plus recherchée de France avec 8252 annonces et la demande s’est accrue de 57% sur un an.

"Malgré des transactions rendues plus difficiles depuis le début de la crise, le secteur semble anticiper une nouvelle configuration du marché immobilier, notamment sous l’effet de l’adoption du télétravail et des effets du confinement", analyse Randstad.

Si la crise a ses gagnants, les perdants sont toutefois bien plus nombreux. Certaines professions ont vu leur nombre fondre de manière spectaculaire durant le confinement.

Sondeurs, formateurs et serveurs sinistrés 

C'est notamment le cas des enquêteurs (les personnes qui font les sondages par téléphone) qui ont vu leurs offres d'emplois reculer de 88% en deux mois. Il y avait 1695 annonces en mars, il n'y en a plus que 200. "Les Français confinés chez eux et une grande partie de l’économie à l’arrêt, le contexte n’est pas propice aux enquêtes d’opinion", observe Randstad. 

métiers
métiers © Randstad

Suivent ensuite les professeurs et plus largement, les formateurs (276 offres en recul de 64%) et logiquement les serveurs avec à peine 1153 offres parues avril 2020, contre 2 926 en mars (-61%), mais surtout 7 233 en avril 2019 (-84%).

Les bars et restaurants fermés et leur date de réouverture n'étant toujours pas connue, les offres devraient continuer à chuter dans les prochaines semaines.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco