BFM Eco

Lyon: Famar, dernier fabricant français de chloroquine, repris par l'entreprise libanaise Benta Pharma

L'entreprise Famar a été placée en redressement judiciaire.

L'entreprise Famar a été placée en redressement judiciaire. - BFM Lyon

Le groupe pharmaceutique familial libanais prévoit un investissement de 42 millions d'euros d'ici à 2026 et la sauvegarde de 115 salariés sur environ 250 actuellement.

Le site pharmaceutique lyonnais Famar, dernier fabricant français d'un médicament à base de chloroquine - composant mis en lumière durant la pandémie -, va être repris par l'entreprise libanaise Benta Pharma, a appris l'Agence France Presse (AFP) ce lundi à l'issue de l'audience du tribunal de commerce de Paris.

Avec son projet, Benta Pharma, groupe pharmaceutique familial libanais, prévoit un investissement de 42 millions d'euros d'ici à 2026, et la sauvegarde de 115 salariés sur environ 250 actuellement, dit-il dans son communiqué. Il envisage par ailleurs une perspective d'embauche de près de 270 salariés dans la région d'ici six ans.

Située à Saint-Genis-Laval, près de Lyon, l'usine Famar, propriété du fond d'investissement américain KKR, avait été placée en procédure de redressement judiciaire en juin 2019, provoquant l'émoi de la classe politique.

Maintenir la production d'hydroxychloroquine

Benta Pharma entend "redéployer Benta Pharma/Famar en France et en Europe en lui permettant de continuer de servir les clients actuels et historiques du site", selon son communiqué.

Il affirme également vouloir transférer une partie de la production actuelle et future de Benta Pharma sur le site. Le groupe libanais entend notamment maintenir la production d'hydroxychloroquine, selon son communiqué.

Benta Pharma industries produit notamment des médicaments en oncologie, mais aussi des dispositifs médicaux, et est présent dans 40 pays, selon son site internet.

Trois repreneurs étaient en lice

L'usine Famar avait également deux autres repreneurs potentiels, dont le trio composé par la biotech Neovacs, associée à la société Industry du repreneur d'entreprises en difficulté Frank Supplisson, et au fonds d'investissement luxembourgeois Cofilux-Secufund.

Ces derniers affirmaient vouloir reprendre 150 salariés sur 250, avec un investissement de 37 millions d'euros en cinq ans. Une troisième offre avait été présentée par un ancien directeur du site de Famar Lyon.

KKR avait repris le sous-traitant pharmaceutique Famar en 2017. Deux ans plus tard, Famar annonçait qu'il allait vendre l'ensemble de ses actifs, soit 11 sites en Europe, et un au Québec.

F.B. avec AFP