BFM Eco

Les pensions des cheminots seront inchangées voire supérieures au régime général selon la SNCF

Actuellement établissement public à caractère industriel et commercial (Epic), la SNCF va devenir mercredi une société anonyme à capitaux publics, qui détiendra la totalité des titres de SNCF Réseau et SNCF Voyageurs, sans possibilité de les céder

Actuellement établissement public à caractère industriel et commercial (Epic), la SNCF va devenir mercredi une société anonyme à capitaux publics, qui détiendra la totalité des titres de SNCF Réseau et SNCF Voyageurs, sans possibilité de les céder - AFP

Selon la SNCF, si le projet de réforme est appliqué tel quel, les pensions des cheminots seront équivalentes voire supérieures à celles du régime général.

Les cheminots ont-ils obtenu gain de cause? En tout cas, le projet de réforme des retraites prévoit un mécanisme qui leur serait profitable: car le calcul de leur pension prendra la meilleure partie de leur rémunération et intégrera les primes notamment. Ainsi, selon le DRH de la SNCF Benjamin Raigneau interrogé par le magazine Ville, Rail et Transports, leurs pensions "seront équivalentes ou supérieures à celles du régime spécial".

Pas de conclusion hâtive, car horizon lointain

Cela exige cependant que la valeur du point suive l’évolution du salaire et non de l’inflation. Le gouvernement a pour le moment retenu la première option. Benjamin Raigneau met également des pincettes à son propos en rappelant que "les premiers qui partiront à la retraite dans le cadre du régime universel le feront à partir de 2037. C’est donc un horizon de temps qui ne permet pas de simuler des carrières ou de projeter des situations individuelles. C’est un pari sur l’avenir que personne ne peut prendre."

A ce mécanisme de calcul s’ajoute entre autres la reconnaissance de la pénibilité pour 58 métiers et la prise en compte de la durée de service à la SNCF.

Pas de surcoût

Le coût de toutes ces mesures internes, qui devraient concerner environ 50.000 salariés du groupe? Des "dizaines de millions d'euros étalés sur des années", estime Benjamin Raigneau, qui compte sur la baisse des cotisations patronales que prévoit la réforme. "Il ne devrait pas y avoir de surcoût pour l'entreprise", conclut-il…avant de nuancer: "du moins c’est l’objectif que nous nous donnons."

Fanny Guyomard avec AFP