BFM Business

Les investissements étrangers en France attendus en chute de 35 à 50% en 2020

Selon le baromètre EY, trois quarts des dirigeants prévoient d'annuler, de réduire ou reporter leurs projets d'investissement en Europe en raison de la seconde vague épidémique. L'Allemagne, dont le plan de relance est jugé le plus crédible, devrait s'imposer comme le pays le plus attractif l'année prochaine, devant le Royaume-Uni et la France.

La crise sanitaire a contraint les investisseurs à revoir leurs projets en Europe, et notamment en France. D’après le nouveau baromètre EY sur l’attractivité publié ce jeudi, la seconde vague épidémique va, comme au printemps, faire chuter les investissements étrangers au sein du Vieux continent.

Car en l’absence de perspective, les dirigeants d'entreprise comptent faire preuve de prudence. Près des trois quarts d’entre eux (74%) prévoient d’annuler, réduire ou reporter leurs projets en Europe. Ils sont par ailleurs 42% à anticiper dès cette année une réduction de leurs volumes d’investissement. "Il fallait s'attendre à un effet Covid sur l'investissement international, explique sur BFM Business Marc Lhermitte, associé chez EY.

Un véritable coup de frein après une année record en 2019, lorsque la France s’était hissée à la première place des pays européens les plus attractifs. Mais avec la crise sanitaire, les investissements étrangers devraient reculer de 35 à 50% dans l’Hexagone en 2020.

L'Allemagne, pays le plus attractif pour 2021

Et il ne faudra sans doute pas compter sur un effet "relocalisations", sujet phare des premiers mois de la crise. Seuls 24% des dirigeants sont séduits par l’idée de relocaliser leur production en Europe. Ils étaient 37% en avril dernier.

Point positif toutefois, un dirigeant sur cinq (21%) estime que le Vieux continent est devenu plus attractif depuis qu’il a présenté son plan de relance de 750 milliards d’euros, contre 8% sept mois plus tôt. Au plan national, c’est le plan de relance allemand, jugé plus crédible, qui semble rassurer le plus les investisseurs. L'Allemagne est ainsi considéré comme le pays le plus attractif d’Europe pour l’année 2021, devant le Royaume-Uni et la France. Marc Lhermitte se dit malgré tout "confiant pour la France". "Le match n'est pas joué. Je pense que le gouvernement, entre plan d'urgence et plan de relance, a bien séquencé la réponse aux entreprises. L'année 2021 sera l'année de vérité", a-t-il dit.

Raphaël Couderc avec Paul Louis