BFM Business

Les entreprises françaises défaillent de moins en moins

Le nombre de défaillances d'entreprises a continué de baisser en octobre 2015, après un début d'année dramatique à ce titre.

Le nombre de défaillances d'entreprises a continué de baisser en octobre 2015, après un début d'année dramatique à ce titre. - Kai C. Schwarzer - Flickr - CCKai C. Schwarzer - Flickr - CC

Le nombre d'entreprises qui se placent en procédure de sauvegarde, en redressement ou liquidation judiciaire a continué de baisser en octobre 2015. Mais toutes ne sont pas logées à la même enseigne.

L'année 2015 s'est mieux terminée qu'elle n'a commencé pour les entreprises. Le nombre de défaillances, c’est-à-dire d'impossibilité de paiement de leurs traites par ces dernières, a continué de baisser en octobre. Elles n'ont été "que" 62.163 à être incapables d'honorer des paiements, soit une baisse de 1,7% par rapport à octobre 2014, a indiqué la Banque de France ce lundi.

Sur les trois premiers mois de l'année, le nombre de sociétés placées en procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire avait explosé, selon les chiffres du cabinet Altares. Tout particulièrement celles qui ne comptent qu'un seul salarié.

La situation reste difficile pour les TPE

Le mouvement de redoux entamé au deuxième trimestre se confirme donc. Mais la situation reste difficile pour les plus petites structures: les défaillances cumulées des microentreprises n'ont baissé que de 0,8%. Les PME ont en revanche vu leurs difficultés reculer de 7,8%. Les grands groupes et entreprises de taille intermédiaire sont clairement ceux qui profitent le plus de l'embellie: le nombre de défaut y baisse de 24,4%.

-
- © -

Il faut espérer que ces dernières, en meilleure santé, paient mieux et à temps leurs prestataires plus petits. Selon le gouvernement, qui a pris la lutte contre les retards de paiement à bras le corps, 25% des faillites d'entreprises sont liées à des retards de paiement, soit une défaillance sur quatre. Un phénomène qui fait disparaître majoritairement des TPE.

Les difficultés financières des entreprises restent en outre à un niveau de long terme relativement élevé. L'indice reste au-dessus des 100 points, qui constitue le niveau moyen des défaillances depuis décembre 1991. Il a dépassé cette moyenne et s'est maintenu au-delà depuis 2008.

N.G.