BFM Business

Le port du masque bientôt obligatoire dans les entreprises?

Cette mesure sanitaire, déjà imposée dans les espaces clos accueillant du public et à certains endroits en extérieur, n’est obligatoire que dans de rares cas sur le lieu de travail.

Masqués même au travail. Alors que les autorités renforcent les mesures sanitaires en France en imposant le port du masque dans les lieux clos accueillant du public et certains espaces extérieurs, la question du port obligatoire du masque en entreprise, elle, ne fait pas l'objet d'un strict encadrement.

Plusieurs secteurs d’activité comme la restauration, les transports ou l’industrie agro-alimentaire ont décidé de prendre les devants et de l’imposer à leurs salariés et d’autres entreprises s'adaptent à la situation, au cas par cas.

La protection au détriment du confort

C’est le cas notamment de SonoVente, une entreprise de vente de matériel musical qui a imposé le port du masque dans ses locaux depuis le 17 mars, à quelques exceptions près.

“Seuls certains métiers où les personnes vont passer leur temps de travail en face de leur ordinateur. Ces personnes là sont autorisées à quitter le masque”, explique Emeric Leloutre, responsable commercial. “En revanche quand elles vont se déplacer comme pour aller à l’imprimante, elles sont obligées de le porter”

Une mesure prise par la direction suite aux demandes des employés de l’entreprise, bien que cette obligation s’accompagne de quelques désagréments. “J’ai des problèmes d’allergie avec le masque sur les lèvres et de buées sur les lunettes, c’est très inconfortable”, témoigne Isabelle Renner, comptable chez SonoVente.

La visière en complément du masque

D’autres entreprises comme le fabricant de pain d’épices Fortwenger ont également adopté cette mesure sanitaire contraignante, notamment en cette période caniculaire.

“C’est compliqué. Surtout lorsqu’il fait chaud comme ça d’avoir pendant huit heures le masque”, confie une salariée de l’entreprise située à Colmar dans le Haut-Rhin. Une décision perçue comme pénible mais prise pour assurer la sécurité de ses salariés.

“On a également des visières parce que certaines personnes ne supportent pas le masque toute la journée et que l’on veut vraiment éviter le contact avec l’autre”, explique Steve Rische, PDG de Fortwenger.

Le masque imposé en cas de non-respect des gestes barrière

Dans un entretien accordé au Parisien en juillet dernier, le Premier ministre Jean Castex avait fait savoir que le port obligatoire du masque en entreprise devait être mis en place “au cas par cas, en fonction des situations”.

La décision d’imposer ou non cette mesure est-elle alors laissée à la discrétion de chaque entreprise? Pas tout à fait. Dans une nouvelle version du protocole sanitaire publiée par le ministère du Travail fin juin, les salariés des entreprises sont appelés à respecter les gestes barrières et la distanciation physique entre chaque collaborateur.

Le protocole précise qu’“en cas de difficulté à respecter cette distance d’un mètre, le port du masque est obligatoire pour le salarié”. De même, ce dernier se doit d’en porter un “lorsqu’il est amené à être en contact à moins d’un mètre d’un groupe social constitué librement de personnes qui ne portent pas de masque”.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV