BFM Eco

Le moral des ménages baisse à nouveau en juillet

Le moral des ménages en baisse en juillet

Le moral des ménages en baisse en juillet - Philippe Huguen

Compte tenu des nombreuses incertitudes dans un contexte marqué par la crise économique, de plus en plus de ménages estiment qu'il est opportun d'épargner, selon l'Insee.

Le moral des ménages a de nouveau fléchi en France au mois de juillet après avoir connu un redressement en juin en raison du déconfinement, a rapporté mercredi l'Insee. Craignant pour l'avenir, les Français sont plus nombreux à considérer qu'il est opportun d'épargner, a relevé l'Institut national des statistiques, alors que leur confiance est nécessaire pour relancer la consommation.

L'indicateur synthétique mesurant cette confiance baisse de deux points à 94, en-dessous de sa moyenne de long terme qui est de 100. "En juillet, la part des ménages estimant qu'il est opportun d'épargner augmente pour le troisième mois consécutif: le solde correspondant gagne 9 points et dépasse ainsi sa moyenne de longue période", selon le communiqué de l'Insee.

100 milliards d'euros épargnés à la fin de l'année

L'épargne que les Français ont commencé à accumuler pendant la période de confinement, et qui s'est transformée en épargne de précaution, devrait atteindre 100 milliards d'euros à la fin de l'année, selon le gouvernement. Sa mobilisation pour relancer l'économie à travers la consommation est un enjeu important de la reprise en cours.

Le solde d'opinion des ménages par rapport à leur situation financière passée baisse lui de trois points, même s'il reste au-dessus de la moyenne de longue période, et "la proportion de ménages estimant qu'il est opportun de faire des achats importants baisse légèrement".

Plus généralement, la part ceux qui considèrent que le niveau de vie s'est amélioré au cours des 12 derniers mois "baisse fortement pour le troisième mois consécutif", relève encore l'Insee. Enfin, "les craintes des ménages concernant l'évolution du chômage baissent très légèrement en juillet", mais elles restent très au-dessus de la moyenne de long terme.

P.L avec AFP