BFM Business

Le gouvernement renforce et élargit le fonds de solidarité et l'ouvre également aux viticulteurs

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé plusieurs modifications du fonds de solidarité pour soutenir davantage les entreprises touchées directement ou indirectement par les fermetures administratives.

Le gouvernement muscle le fonds de solidarité. A l'occasion d'une conférence de presse sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus ce jeudi, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a dévoilé une nouvelle mouture du dispositif pour soutenir les entreprises pénalisées directement ou indirectement par les fermetures administratives, notamment les restaurants et hôtels.

En premier lieu, le locataire de Bercy a annoncé que le produit de la vente à distance et de la vente à emporter ne sera pas comptabilisé dans le chiffre d'affaires de référence pour le calcul de l'aide au titre du fonds de solidarité. Cette règle vaudra à partir du mois de décembre 2020. Pour rappel, toute entreprise fermée administrativement peut prétendre à une aide de 10.000 euros par mois ou à un soutien équivalent à 20% de son chiffre d'affaires.

Par ailleurs, les fournisseurs relevant du secteur S1 bis et perdant au moins 70% de leur chiffre d'affaires auront également le droit à une indemnisation couvrant 20% de leur chiffre d'affaires de 2019, dans la limite de 200.000 euros par mois.

Un soutien aux viticulteurs

Enfin, l'exécutif a décidé d'apporter un soutien particulier aux viticulteurs, touchés par les sanctions américaines sur les vins tranquilles et le cognac. Eux aussi pourront bénéficier de l'aide du fonds de solidarité renforcé, à savoir une indemnisation de 15% de leur chiffre d'affaires de 2019 s'ils perdent 50% de leur chiffre d'affaire dans la limite de 200.000 euros par mois. L'aide sera portée à 20% du chiffre d'affaires 2019 s'ils perdent 70% de ce dernier.

"J'espère que cela aidera les viticulteurs à passer ces moments difficiles", a indiqué Bruno Le Maire, ajoutant que le gouvernement poursuivait ses efforts pour obtenir "le soutien de la Commission européenne avec un fonds de compensation".
https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco