BFM Eco

Le gouvernement juge le plan social chez Nokia "inacceptable en l'état"

La secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher a dénoncé le plan social qu'elle juge "inacceptable en l'état"

La secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher a dénoncé le plan social qu'elle juge "inacceptable en l'état" - LUDOVIC MARIN / AFP

"Ce plan est inacceptable en l'état", a dénoncé ce mercredi la ministre française déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher, visant l'industriel finlandais des télécoms Nokia qui prévoit de supprimer 1233 emplois en France.

Alors que les salariés de Nokia France ont manifesté dans Paris pour protester contre le plan social, le gouvernement a pris position en leur faveur et contre la restructuration envisagée par l'industriel finlandais des télécoms.

"Ce plan est inacceptable en l'état", a dénoncé ce mercredi la ministre française déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher dans un tweet lapidaire à l'encontre de Nokia qui prévoit de supprimer 1.233 emplois en France. La ministre précise qu'elle avait reçu cet après-midi la délégation intersyndicale de la filiale française.

Les deux sites de recherche et les emplois d'ingénieurs sont visés par le PSE

Chez Nokia France, les deux principaux sites de recherche et développement (qui emploient de nombreux ingénieurs et techniciens) sont particulièrement visés par les suppressions d'emplois: celui situé à Nozay (Essonne) en Ile-de-France, où 831 postes sont menacés et celui de Lannion (Côtes d'Armor) où 402 postes, soit la moitié de l'effectif du site, doivent être supprimés.

"Nous sommes aux côtés des salariés et des élus pour pousser l'entreprise dans ses retranchements", a-t-elle ajouté dans un message publié sur Twitter.

Une délégation de salariés de la filiale française du groupe avait défilé un peu plus tôt, ce mercredi, à Paris pour manifester contre ces suppressions de postes aux côtés de milliers d'autres employés d'Airbus et du groupe aérien Hop dont les emplois sont également menacés.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco