BFM Eco

Le déconfinement a mis un sérieux coup de frein à l'essor du télétravail

Le télétravail n'est plus du tout pratiqué par plus de la moitié des salariés

Le télétravail n'est plus du tout pratiqué par plus de la moitié des salariés - ISSOUF SANOGO © 2019 AFP

Selon un sondage Ipsos pour Les Echos, 55% des salariés disent ne plus du tout exercer leur activité en télétravail.

La révolution du télétravail attendra. Selon une enquête Ipsos pour Les Echos, plus d’un salarié sur deux (55%) n’exercent plus du tout leur activité depuis leur domicile. Alors que le télétavail a eu la cote pendant le confinement, "beaucoup d’entreprises ont appelé à un retour sur site" depuis et "le reflux est bien plus conséquent que prévu", explique au quotidien économique Etienne Mercier, directeur du pôle opinion et santé d’Ipsos.

Le recours durable et pérenne au télétravail envisagé pendant la crise sanitaire semble bien loin. Même les salariés n’y croient pas: seuls 15% d’entre eux estiment que ce mode d’organisation va se généraliser. Et ils n’en ont d’ailleurs pas spécialement envie puisque 38% travailleraient sur site "tout le temps", s’ils avaient le choix et seulement 17% préféreraient rester chez eux. En revanche, 45% opteraient pour un partage égal entre travail à domicile et travail en entreprise.

Une charge de travail plus importante pour 4 salariés sur 10

Sur le plan pratique, une large majorité de salariés semble avoir bien vécu l’expérience du confinement. 77% déclarent que les relations avec leurs supérieurs hiérarchiques n’ont pas été compliquées, 71% disent avoir reçu l’aide nécessaire lorsqu’ils ont rencontré des difficultés dans leurs tâches quotidiennes et 70% assurent avoir poursuivi les échanges avec leurs collègues.

En revanche, quatre sondés sur dix affirment que la période a eu des effets néfastes sur leur bien-être physique et psychologique, la charge mentale, ainsi que sur leur charge de travail. Un ressenti surtout observé chez les jeunes de moins de 35 ans dont près de la moitié (46%) dit avoir été confrontée à une charge mentale plus importante que d’habitude.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco