BFM Business

La réapparition de Jack Ma n'a pas convaincu les investisseurs

Le PDG du groupe Alibaba a invité son homologue de Facebook à "réparer sa plateforme", lors d'un forum international en Chine.

Le PDG du groupe Alibaba a invité son homologue de Facebook à "réparer sa plateforme", lors d'un forum international en Chine. - Saul Loeb-AFP

Si le fondateur d'Alibaba a dans un premier temps rassuré après plus de deux mois de disparition, nombreux sont les investisseurs à s'interroger sur la situation du milliardaire, notamment vis-à-vis des autorités chinoises.

Ce mercredi, Jack Ma, le milliardaire chinois et fondateur d'Alibaba faisait sa réapparition dans une vidéo. Nul ne l'avait aperçu depuis fin octobre, peu de temps après un discours critique à l'égard du gouvernement chinois, alimentant les spéculations sur les raisons de sa disparition.

Mais cette réapparition ne semble pas avoir pleinement rassuré la communauté des investisseurs. Rien ne dit en effet que les relations entre le milliardaire et le régime soient appaisées.

Rappelons qu'en novembre, la Chine avait suspendu à la surprise générale l'entrée en Bourse de la fintech Ant Group, la banque en ligne d'Alibaba. Son entreprise est par ailleurs sous le coup d'une enquête sur de prétendues pratiques anticoncurrentielles. Certains y voient la volonté de Pékin de nationaliser Alibaba.

Incertitude

L'incertitude est encore forte. Ainsi, comme le note Reuters, après avoir flambé de 8% mercredi, le cours d'Alibaba est reparti à la baisse ce jeudi (-2,4%) dans un marché haussier.

"La situation n'est pas claire pour Alibaba et c'est à vous de juger si la société peut encore se développer dans un environnement en mutation", commente pour l'agence de presse Dave Wang, gestionnaire de portefeuille chez Nuvest Captial à Singapour. "Sans un certain scepticisme, le cours de l'action serait beaucoup plus élevé", a-t-il dit.

"L'un de nos principaux critères est le leadership et nous avons investi dans Alibaba parce que je respecte vraiment Jack Ma en tant que leader. Mais sa réapparition (...) n'apporte pas vraiment d'explication sur ce qui se passe", ajoute William Huston, fondateur et directeur chez le gestionnaire d'actifs Bay Street Capital, également interrogé par Reuters.

"Lorsque vous ne savez pas quoi faire dans une situation aussi changeante que celle-ci, vous ne pouvez pas utiliser les outils d'analyses traditionnelles pour prendre des décisions. Nous nous tenons à l'écart et nous observons", estime de son côté David Kotok, président et directeur des investissements chez Cumberland Advisors en Floride, qui a également vendu ses actions Alibaba après l'échec de l'IPO d'Ant Group.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business