BFM Business

Joël Barre (DGA): "L'accord final sur le Scaf sera conclu cette semaine"

Le temps presse pour finaliser les accords qui permettront de tenir le calendrier du programme Scaf et finaliser le projet avant les élections allemandes.

Après les désaccords, les accords vont redonner un coup d'accélérateur au projet Scaf, le système d'avion de combat mis au point par la France, l'Allemagne et l'Espagne.

Il y a quelques jours, Florence Parly, ministre des Armées, indiquait qu'avec son homologue allemande Annegret Kramp-Karrenbauer, les entreprises concernées avait jusqu'à fin avril pour annoncer un accord final. Ce court délai doit permettre de tenir les délais pour présenter un démonstrateur dans les temps imparti, 2026, mais aussi à valider le partenariat avec les élections allemandes qui doivent se tenir en septembre.

Nous avons quelques jours de retard, j'ai bon espoir que dans les jours qui viennent nous aurons conclu cet accord. Nous sommes sur la bonne voie", a affirmé sur BFM Business, Joël Barre, délégué général pour l’armement.

En attendant cet accord final, les choses avancent tout de même au pas de course. Après des dissenssions inquiétantes, Dassault et Airbus, les deux principaux industriels du projets, ont trouvé il y a un mois un terrain d’entente et ont soumis une offre aux Etats.

Vendredi, un accord a été conclu entre les motoristes allemand MTU, francais Safran et espagnol ITP pour la mise au point du moteur du futur avion de combat européen (NGF), au centre du projet du Scaf.

avion de combat du futur (SCAF)
avion de combat du futur (SCAF) © Airbus
C'est un programme complexe qui représente un enjeu significatif. Il faut désormais passer à un accord étatique des trois pays coopérants sur un certain nombre de clauses qui méritent une attention particulière", a rappelé Joël Barre.

Un accord avec les Britanniques?

Le programme Tempest, le programme d'avion du futur mené par le Royaume-Uni, l'Italie et la Suède, intensifie les tensions sur le calendrier du programme Scaf. Cette concurrence rappelle les dissensions du passé qui ont donné naissance à deux avion européens concurrents, le Rafale et l'Eurofighter. Un accord est-il encore possible pour créer une Europe de l'armement?

Nous poursuivons avec les Britanniques un programme a minima de coopération technologique pour préparer le futur de l'aviation de combat. Nous sommes tous en phase de conception et dans les années qui viennent les choses pourront peut être évoluer. De notre côté, la porte est ouverte. Si nous pouvons un jour rapprocher les deux projets d'avion de combat à l'échelle européenne, ce sera une bonne chose pour tous", indique Joël Barre.

Pour le patron de la DGA, la construction de l'Europe de la défense va de paire avec celle de l'armement.

Les sytèmes de combat sont de plus en plus complexes, donc plus chers et plus lourds et difficiles à développer. La défense de l'Europe dépend de cette stratégie de coopération", estime Joël Barre.
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco