BFM Business

Télétravail: pour Elisabeth Borne, "chaque jour compte"

Le gouvernement constate une érosion du télétravail depuis le mois de novembre. La ministre du Travail va réunir certaines branches professionelles où un relâchement a été observé.

"Télétravailler partout où c'est possible devient impératif" pour lutter contre le Covid-19, a déclaré Jean Castex jeudi lors d'une conférence de presse où il a exclu à ce stade un nouveau confinement, regrettant que depuis la fin de l'année le recours au télétravail se soit réduit.

"Il y a encore trop d'entreprises où le télétravail serait possible, mais n'existe pas du tout ou à des niveaux très faibles", a déploré le Premier ministre, en invitant les administrations publiques à "montrer l'exemple".

Invitée à évoquer cette question, la ministre du Travail, Elisabeth Borne a indiqué que le recours au télétravail "s'érode progressivement depuis fin novembre".

Selon une étude du ministère, parmi les actifs pouvant facilement travailler, 64% seulement ont télétravaillé au moins partiellement, la semaine dernière, contre 70% début novembre. "30% seulement de ceux qui peuvent télétravailler à 100% le faisaient, contre 45% début novembre" poursuit Elisabeth Borne.

"Je sais que nous demandons un effort considérable aux salariés et pour beaucoup, le télétravail est difficile à vivre, mais nous n'avons pas le choix. Il faut nous remobiliser" insiste la ministre.

L'idée du gouvernement est donc de réduire la part des salariés qui ne télétravaillent pas du tout mais aussi de faire en sorte "que les salariés qui télétravaillent aujourd'hui un, deux ou trois jours par semaine, fassent au moins un jour de télétravail en plus. Chaque jour compte" a martelé Elisabeth Borne. Pour les salariés qui travaillent à 100%, le retour un jour par semaine en entreprise "doit rester une soupape en cas de nécessité" souligne-t-elle.

Enfin, la ministre a visé certains secteurs où "un relâchement plus prononcé" sur la question a été observé : la banque, l'assurance, la communication, l'informatique et les activités immobilières et juridiques. "Je réunirais donc les branches professionnelles concernées en début de semaine prochaine pour m'assurer que les mesures nécessaires auront été prises" prévient-elle.

Thomas Leroy avec AFP