BFM Business

Jamais depuis 2010 les entreprises n'ont autant prévu d'embaucher

La part des embauches en CDI progresse (image d'illustration)

La part des embauches en CDI progresse (image d'illustration) - Philippe Huguen - AFP

149.000 projets d'embauches supplémentaires ont été recensés par Pôle Emploi dans son enquête annuelle sur les besoins en main d'œuvre. Et la part des emplois dits "durables" progresse.

Si, comme le dit l'expression, une hirondelle ne fait pas le printemps, les signaux positifs s'accumulent en ce début d'année pour l'économie française. Les chiffres publiés ce mercredi par Pôle emploi en sont un nouvel exemple.

L'agence a ainsi levé le voile sur les résultats de son enquête 2017 sur les besoins en main d'œuvre.

Ainsi, 22,4% des quelque 2,3 millions d'entreprises interrogées par Pôle emploi prévoient de procéder à des embauches cette année, soit presque 2 points de plus qu'en 2016. Cela correspond à plus de 500.000 employeurs en plus, assure Pôle emploi.

-
- © -

Surtout, le nombre d'embauches prévues progresse de 8,2% pour atteindre 1,976 million, "le plus haut niveau observé au cours des huit dernières vagues de l’enquête", souligne Pôle emploi. Ce qui représente 149.000 embauches de plus que l'an dernier, le niveau "le plus fort jamais observé" depuis que l'agence effectue cette étude précise Stéphane Ducatez, le directeur des statistiques et des études de Pôle emploi, cité par l'AFP.

Des emplois "durables"

-
- © -

Cette hausse des "projets de recrutements", comme les appelle Pôle emploi, pourrait très bien se traduire par des emplois de courte durée, essentiellement dans l'intérim. Il n'en est rien: 38,4% des embauches prévues sont des CDI et 19% des CDD de plus de 6 mois. À peine 4 embauches sur 10 prévues concernent ainsi des contrats pour une durée inférieure à six mois.

Par rapport à 2016, la part des CDI a d'ailleurs nettement progressé (+2,5 points). "Les emplois durables progressent", résument les auteurs du rapport. "Il y a à la fois une amélioration quantitative et qualitative", souligne pour sa part Emmanuel Lechypre, éditorialiste sur BFM Business.

Signe que les entreprises recrutent parce que l'environnement économique s'améliore, près de la moitié de ces embauches (49,5%) sont avant tout motivées par un surcroît d'activité.

-
- © -

Des difficultés pour recruter

Si l'on regarde maintenant par secteur, la grande majorité de ces nouvelles embauches ont lieu dans les services aux particuliers (40% des embauches) et aux entreprises (24%). Si l'industrie représente à peine 8% de ces embauches, le nombre de projets de recrutements y est toutefois en forte hausse (+9%). Dans la même veine, la construction affiche une hausse spectaculaire de 22%, signe d'amélioration de la conjoncture.

-
- © -

Si l'horizon est clairement moins nuageux pour l'emploi, le revers de la médaille est que les entreprises s'attendent davantage à avoir des difficultés pour recruter. 37,5% des projets d'embauches sont ainsi considérés comme des "recrutements difficiles", contre 32,4% en 2016.

Ces difficultés se concentrent essentiellement sur des métiers d'ouvriers qualifiés ou d'aide et de soins aux personnes. Sur ces métiers, il est devenu difficile pour les recruteurs de trouver une main d'œuvre suffisamment qualifiée.

Les 10 métiers où les difficultés de recrutement sont les plus élevées

Julien Marion