BFM Business

Une e-monnaie kenyane débarque en Europe

Les utilisateurs de l'e-monnaie MPesa n'ont même pas besoin d'avoir un smartphone.

Les utilisateurs de l'e-monnaie MPesa n'ont même pas besoin d'avoir un smartphone. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le M-Pesa, une solution de paiement développée au Kenya par Vodaphone, sera disponible en Roumanie. L'opérateur a obtenu les droits d'exploitations le 31 mars pour plusieurs pays d'Europe de l'Est.

Les pays d'’Europe de l’Est pourraient-ils prendre exemple sur les e-monnaies africaines? Pour rendre les services bancaires plus accessibles, l'opérateur britannique Vodaphone va en tous les cas exporter en Roumanie le système de paiement par mobile M-Pesas, en place depuis 2007 au Kenya.

7 millions de Roumains, soit un tiers de la population, "n'ont pas accès aux banques traditionnelles, alors qu'ils ont quasiment tous un smartphone", explique Michael Joseph, directeur des solutions de paiement mobile de Vodaphone, au Wall Street Journal.

Vodaphone vise les pays à forte immigration

L'opérateur a ainsi obtenu, le 31 mars, le droit de développer ses M-Pesas en Roumanie. Les utilisateurs pourront donc transférer des sommes allant d'un leu roumain (environ 20 centimes d'euro) à 30.000 lei (6.700 euros) par jour par simple envoi d'un SMS.

Vodaphone pourrait proposer ces mêmes services dans d'autres pays d'Europe de l'Est. Si Michael Joseph affirme qu'il était "peu probable que nous nous développions dès l'année prochaine en Europe de l'Ouest", il ajoute cependant que les pays avec une large population immigrée, comme l'Italie, étaient des clients potentiels.

Un tiers du PIB kenyan en M-Pesa

Le M-Pesa, ou "Monnaie mobile" en Swahili, a été développé au Kenya, où une majorité de la population ne peut pas ouvrir de compte dans une banque classique. L'e-monnaie s'est rapidement imposée comme solution de paiement, entre le liquide et le compte en banque: pour payer leurs achats, que ce soit au supermarché ou pour des frais de scolarité, les Kenyans n'ont qu'un SMS à envoyer.

En 2013, sept kenyans adultes sur 10 avaient un compte, et un tiers des 44 milliards de dollars du PIB du pays a transité par le service. Le M-Pesa s'est exporté dans plusieurs pays d'Afrique, comme l'Egypte ou la Tanzanie, mais également en Inde, où plus d'un million d'utilisateurs se sont inscrits depuis octobre 2013.

Joseph Sotinel