BFM Business

Les banques traditionnelles vont-elles être tentées par le bitcoin?

Le bitcoin va devoir rivaliser avec d'autres monnaies digitales.

Le bitcoin va devoir rivaliser avec d'autres monnaies digitales. - -

Le prix du bitcoin est à nouveau passé au dessus de 1.000 dollars le 10 décembre. Un succès qui pourrait intéresser les banques puisque JPMorgan décrit, dans un document, une monnaie virtuelle qui ressemble à s'y méprendre au bitcoin.

JPMorgan veut-elle lancer sa propre version de bitcoin? Alors que la monnaie dépassait à nouveau les 1.000 dollars dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 décembre, les afficionados de la monnaie virtuelle décortiquaient un brevet publié par la banque le 28 décembre.

Le document décrit un système qui ressemble au bitcoin et déclare que "le paiement [en ligne] par carte bancaire n'a plus que cinq ans devant lui".

Le site Let's talk bitcoin, qui milite pour la reconnaissance de la première monnaie décentralisée, a été le premier, ce lundi 9 décembre, à commenter la ressemblance entre la monnaie virtuelle de JPMorgan et le bitcoin.

Anonymat, système particulièrement adapté pour les paiements de moins de 10 dollars, frais de transaction inexistant: pour les fans de la monnaie virtuelle, les ressemblances sont frappantes. Mais la version JPMorgan resterait sous son contrôle, sans décentralisation.

Le site admet toutefois que la banque avait déposé un brevet similaire en 2000, et que la version publiée le mois dernier n'est qu'une actualisation. Certains détails, comme le décès annoncé du paiement par carte bancaire, ont cependant fait leur apparition dans cette version.

Déjà quarante monnaies digitales sur les marchés

Si JPMorgan menait à bien son projet, les banques institutionnelles pourraient marcher sur les plate-bandes des monnaies virtuelles, qui se multiplient actuellement.

Déjà, des ersatz du bitcoin, comme le litecoin ou le bitbar, ont triplé de valeur depuis le début de l'année, même si à 9 dollars par litecoin, elles sont loin derrière l'original. Le site Coin Market Map en dénombre une quarantaine.

Selon Miles Kimball, professeur d'économie à l'Université du Michigan et spécialiste de la monnaie électronique interrogé par BFMBusiness.com, les multiplications de monnaies comme les recherches de JPMorgan ne sont pas étonnantes. "Tout le monde cherche dans cette voie-là", estime-t-il.

Une monnaie électronique permettrait des taux d'intérêts négatifs

Mais un acteur manque pour élaborer une monnaie électronique: les banques centrales. "On ne peut pas avoir de monnaie gérée par un algorithme ou un robot aujourd'hui sans avoir d'inflation", explique Miles Kimball, avant d'ajouter: "Le bitcoin, en soi, n'est pas très utile, mais montre ce qui peut être fait."

Selon lui, si les banques centrales se convertissaient aux monnaies électroniques, elles gagneraient de nouveaux outils monétaires, comme la possibilité de fixer des taux directeurs négatifs.

"Il faudrait alors des régulations financières très strictes", reconnaît l'universitaire. En attendant, son idée gagne du terrain. En septembre, la Banque de France l'a accueilli pour un séminaire au sujet de la monnaie électronique.

La plupart des amateurs américains du bitcoin sont de fervents militants libéraux, aux antipodes de cette vision. Pour l'instant, ils continuent de faire confiance à la monnaie virtuelle.

Joseph Sotinel