BFM Business

Traité transatlantique: Obama fait profil bas

Barack Obama devrait jouer la carte de la prudence, concernant les négociations avec l'Union européenne.

Barack Obama devrait jouer la carte de la prudence, concernant les négociations avec l'Union européenne. - -

Officiellement, le président américain est pleinement engagé en faveur du traité transatlantique. Mais le calendrier électoral le pousse à la prudence, d'autant que certains dossiers sont potentiellement explosifs.

Aux Etats-Unis aussi, les négociations commerciales transatlantiques sont perturbées par le calendrier électoral et les législatives de mi-mandat, en novembre.

Barack Obama et ses amis démocrates ont donc décidé de faire profil bas sur le traité transatlantique. Ils attendront les élections de novembre pour savoir si le Congrès donne à la Maison Blanche plus de pouvoir pour négocier avec les Européens.

Les lobbies s'impatientent

Officiellement, Barack Obama est pleinement engagé en faveur du Traité au nom de la croissance. Mais derrière les discours officiels, tout le monde connait la liste des dossiers potentiellement explosifs: l'agriculture, où les lobbies n'en peuvent plus d'attendre pour pouvoir vendre leurs OGM et autre boeuf aux hormones.

Mais aussi l'audiovisuel et la culture, certains responsables américains refusant qu'elles soient exclues des discussions, quoi qu'en dise Bruxelles.

Jusqu'à la question du nom des fromages, qui commence à agiter les médias: de quel droit ne pourrait-on plus produire du Parmesan ou du Gorgonzola dans le Wisconsin? Autant d'obstacles qui seront difficiles à surmonter tant que la Maison Blanche et le Congrès ne décideront pas de joindre leurs efforts. Peut-être après les élections.

Jean-Bernard Cadier correspondant à New York