BFM Business

Sommet du G20 : trêve commerciale entre la Chine et les Etats-Unis

Donald Trump et Xi Jinping au sommet du G20 d'Osaka

Donald Trump et Xi Jinping au sommet du G20 d'Osaka - Brendan SMIALOWSKI / AFP

Donald Trump et Xi Jinping ont convenu samedi, en marge du sommet d’Osaka, de relancer les négociations commerciales brutalement interrompues en mai dernier. Washington a confirmé un gel des tarifs douaniers.

Une pause dans la guerre commerciale. Entre la Chine et les Etats-Unis, le sommet du G20 d’Osaka semble suivre le même scénario que celui de Buenos Aires en décembre dernier. Donald Trump et Xi Jinping, à l’issue d’une rencontre très attendue, ont convenu samedi de relancer les négociations commerciales, qui avaient été brutalement interrompues en mai dernier. « Nous avons eu une très bonne rencontre avec le président Xi, je dirais même excellente », a assuré l’hôte de la Maison-Blanche.

Signe encourageant, Washington a levé sa menace d'imposer de nouvelles taxes à l'importation, qui auraient frappé la totalité des plus de 500 milliards de dollars de biens chinois achetés chaque année par les Etats-Unis, en attendant la reprise des négociations avec Pékin pour un grand accord commercial. « Nous n'allons pas ajouter » de tarifs douaniers, ni en supprimer, « au moins pour le moment », a déclaré Donald Trump, confirmant des informations déjà données par l'agence officielle chinoise.

Les deux pays vont reprendre leurs négociations « sur la base de l'égalité et du respect mutuel », a assuré l’agence officielle Chine nouvelle. Reste à savoir si ce nouveau répit sera durable. Au sommet du G20 en Argentine, à la fin de l’année précédente, les deux dirigeants avaient suspendu les hostilités pour quelques mois, afin de reprendre les négociations commerciales approfondies. Mais ces dernières avaient tourné court.

« Intensification des tensions commerciales »

Le communiqué final du sommet d’Osaka aura été le fruit de longues tractations entre les chefs d'Etat et de gouvernement des vingt plus grandes puissances du monde. Ces derniers ont ainsi souligné « l'intensification des tensions commerciales et géopolitiques » dans la déclaration publiée samedi à l'issue du sommet japonais. Le texte insiste aussi sur la nécessité pour les banques centrales de « continuer à soutenir l'activité économique » en prenant soin de « bien communiquer » entre elles.

Sur la question du climat, les Américains ont fait bande à part. Dix-neuf des vingt membres du G20, sans les Etats-Unis, ont réaffirmé leur engagement pour « la mise en œuvre complète » de l'accord signé en 2015 à Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique. Il faut aller « beaucoup plus loin » dans ce domaine, a estimé le président français Emmanuel Macron, en regrettant la position américaine. Les signataires s'accordent sur « l'irréversibilité » de cette entente, en des termes similaires à ceux publiés à l'issue du G20 de Buenos Aires.

Mais cette ressemblance masque des négociations beaucoup plus dures au Japon. Pendant que Xi et Trump négociaient, les diplomates des vingt pays pesant 85% du PIB mondial continuaient de s'écharper sur la question du climat. Les jours précédents, des négociateurs évoquaient notamment la possible défection de grands pays émergents, qui envisageaient de s'aligner sur la position américaine, laissant planer une menace sur l’accord de Paris.

La rédaction