BFM Business

Shutdown : Trump n’ira pas à Davos

Donald Trump le 27 janvier 2016 au Pentagone.

Donald Trump le 27 janvier 2016 au Pentagone. - Mandel Lgan-AFP

En plein bras de fer avec les démocrates, le président américain a décidé d’annuler sa venue au Forum économique mondial. De son côté, le patron de la Fed a mis en garde sur les effets d’un shutdown prolongé.

C’est une nouvelle occasion ratée pour tenter d’apaiser les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Sur Twitter, Donald Trump a annoncé qu’il ne se rendrait finalement pas au Forum économique mondial de Davos, qui aura lieu du 21 au 25 janvier. « En raison de l'intransigeance des démocrates sur la sécurité aux frontières et de l'importance de la sécurité pour notre pays, j'annule respectueusement mon voyage très important à Davos, en Suisse, pour le Forum économique mondial », a expliqué le président des Etats-Unis, en référence au shutdown qui dure depuis la fin du mois de décembre.

Le président américain manque ainsi une occasion de rencontrer son homologue chinois, alors qu’un début de détente dans la guerre commerciale qui oppose les deux pays avait amené une certaine accalmie sur les marchés, au début de la semaine. L’annulation de sa venue n’est néanmoins pas une surprise. Donald Trump avait prévenu qu’en l’absence d’un accord sur le budget américain avec l’opposition démocrate, il ne se rendrait pas au forum.

La Fed met en garde contre un shutdown prolongé

Les Etats-Unis se dirigent actuellement vers le shutdown le plus long de leur histoire. Une situation qui inquiète les marchés. Ce jeudi, le patron de la Fed, Jerome Powell, a mis en garde contre une paralysie prolongée. « Si nous avons un shutdown prolongé, je pense que cela aurait un effet notable dans les statistiques » a-t-il indiqué, lors d’une table ronde à Washington. Il a néanmoins précisé que ces évènements, finalement récurrents, ne durent généralement pas suffisamment longtemps pour avoir un impact sur l’économie.

Pour autant, le dialogue semble bloqué entre le président des Etats-Unis et les démocrates. L’enjeu est le financement du mur à la frontière mexicaine. Un totem pour Donald Trump dont l’opposition ne veut pas.