BFM Business

Selon Vladimir Poutine, les sanctions occidentales ont renforcé l'agriculture russe

Vladimir Poutine a qualifié l'agriculture russe de "locomotive" pour l'économie.

Vladimir Poutine a qualifié l'agriculture russe de "locomotive" pour l'économie. - Yuri Kadobnov - AFP

Le président russe s'est félicité de la hausse de la production agricole, qualifiant le secteur de "locomotive" pour l'économie.

Vladimir Poutine s'est félicité ce lundi, à quelques jours de la présidentielle, d'avoir fait de l'agriculture une "locomotive" pour l'économie russe avec une forte hausse de sa production favorisée selon lui par les échanges de sanctions avec les Occidentaux.

"Le secteur agricole russe a changé de manière radicale ces dernières années (...), se transformant en une locomotive de l'économie russe", a déclaré le président russe, lors d'un discours devant des agriculteurs à Krasnodar (sud).

La production du blé s'est établie à 135,4 million de tonnes en 2017, a-t-il rappelé. Ce résultat permet à la Russie, riche de fertiles "terres noires" dans le sud du pays, de battre son record de 1978, quand l'Union soviétique disposait de surfaces cultivées bien plus vastes.

"C'est un résultat étonnant! C'est exactement le double par rapport à l'an 2000", a souligné Vladimir Poutine. Il a assuré se souvenir "parfaitement de l'an 2000" où la production du blé était de 65,4 million de tonnes. "Je me souviens à quel point j'étais ravi que nous ayons de quoi satisfaire nos besoins", a confié le président russe.

La Russie "couvre entièrement tous ses besoins alimentaires"

Les niveaux de production de ces dernières années ont permis à la Russie de dépasser les États-Unis comme premier exportateur mondial de blé, une victoire très symbolique dans un climat de quasi Guerre froide entre Moscou et Washington.

Frappée depuis 2014 par des sanctions économiques européennes et américaines pour l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée et son soutien présumé aux séparatistes de l'Est de l'Ukraine, la Russie y a riposté par un embargo sur les produits alimentaires occidentaux, et "couvre entièrement aujourd'hui tous ses besoins alimentaires", a-t-il affirmé.

Européens et Américains "avec leurs sanctions nous ont donné l'occasion d'aider nos producteurs agricoles", a-t-il ajouté.

Selon le dernier sondage officiel autorisé avant le scrutin, dévoilé lundi par l'institut russe VTsIOM, Vladimir Poutine recueille 69% des intentions de vote, loin devant ses rivaux, pour la présidentielle de dimanche.

Y.D. avec AFP