BFM Business

Renault-Nissan-Mitsubishi : cap sur l'autonomie avec Google

Les véhicules autonomes de Waymo vont rester au garage pendant deux jours.

Les véhicules autonomes de Waymo vont rester au garage pendant deux jours. - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Après un accord sur les systèmes de bord en septembre dernier, l'Alliance et Google étendent leur coopération aux véhicules autonomes, selon Nikkei.

Une alliance naturelle entre supergéants. L'un qui règne sur internet et l'autre qui reste le premier constructeur d'automobiles au monde. Mais cette union, déjà évoquée en septembre dernier, semble vouloir aller bien au-delà de simples collaborations sur les systèmes de bord.

Car selon le journal Nikkei, il est bien question d'une collaboration de plus grande ampleur sur le sujet de l'autonomie. Avec un objectif bien précis : créer un projet industriel et commercial structuré en commun, autour de Waymo, filiale autonomie automobile de Google. A savoir un système de taxis autonomes et électriques sur base Nissan.

1500 milliards d'euros d'investissements d'ici 2035

Même si l'accord doit être officiellement scellé et précisé au printemps, il doit marquer un point capital au sein d'une industrie en plein bouleversement, qui cherche les modèles économiques les plus efficaces et les plus rentables.

Car il est évident que la recherche sur le sujet de l'autonomie est une des préoccupations les plus pressantes du secteur automobile, au milieu d'une foule d'autres défis. Selon les études d'A.T. Kearney, ce marché devrait atteindre les 500 milliards d'euros d'ici 2030, et nécessitera 1.500 milliards d'euros d'investissements en infrastructure, matériel roulant et solutions software, selon une autre étude du Boston Consulting Group.

A la recherche de l'alliance parfaite

Face à cette falaise, les constructeurs cherchent à mettre en commun leurs munitions pour économiser en frais de recherche et de développement, et optimiser les process industriels. General Motors s'est allié à Honda, BMW à Fiat-Chrysler et Intel, et Volkswagen cherche toujours des solutions à ce sujet avec Ford.

De leur côté, les grands constructeurs et équipementiers allemands rêvent d'une alliance 100% nationale, qui permettrait de conserver la chaîne de valeur de ces nouveaux véhicules et défendre leurs intérêts stratégiques.

Nouvelle référence

Même Waymo, au départ, a signé des collaborations pour développer ses solutions avec d'autres constructeurs, notamment Fiat-Chrysler et Tata Motors (Jaguar et Land Rover).

Mais il est clair qu'une alliance concrète entre Google et Renault-Nissan-Mitsubishi est de nature à dominer le marché. L'alliance du supergéant de la high-tech, avec le premier constructeur mondial, au savoir-faire unique en matière de construction de véhicules électriques, va sans doute devenir une nouvelle référence pour ce marché en formation.