BFM Business

Quand Obama vante la politique familiale française

Barak Obama veut développer la politique familiale

Barak Obama veut développer la politique familiale - -

Le président américain, qui souhaite développer une véritable politique familiale aux Etats-Unis, a montré en exemple celle de l'Hexagone... mais sur un ton un peu ironique.

Ce n'est pas tous les jours que l'Amérique vante le modèle social français. Hier lundi 23 juin, Barak Obama, qui intervenait lors du "Sommet pour les familles qui travaillent" à Washington, a regretté que les Etats-Unis soient le seul pays développé à ne pas offrir de véritable congé maternité, appelant à la création d'un nouvel environnement de travail favorable à la famille.

"D'autres pays savent le faire. Si la France le peut, nous le pouvons aussi", a lâché le président américain.

Obama a donc demandé aux agences gouvernementales d'adopter des pratiques plus flexibles sur le lieu de travail pour permettre aux parents de gérer leurs engagements professionnels et familiaux.

Pas de congés maternité

A cette occasion, il a regretté que les Etats-Unis soient le seul pays développé à ne pas offrir de véritable congé maternité, appelant à la création d'un nouvel environnement de travail favorable à la famille.

"Il existe un seul pays développé dans le monde qui n'offre pas de congé maternité, c'est nous", a déploré le président américain. Ajoutant: "et ce n'est pas le genre de liste sur laquelle on souhaite figurer tout seul". En effet, les Etats-Unis ne disposent pas de loi fédérale instituant un congé maternité payé. Certaines entreprises proposent cependant un tel congé.

Le président a aussi regretté que le Congrès, dont la Chambre des représentants est dominée par les républicains, ne fasse pas assez pour aider les Américains dans leur vie de tous les jours.

Il a ainsi appelé les élus à adopter la "loi d'équité pour les travailleuses enceintes", qui oblige les employeurs à leur offrir une certaine flexibilité lorsqu'elles continuent à se rendre au travail jusqu'à très tard dans leur grossesse

P.C avec AFP