BFM Business

Pour le FMI, le "shutdown" américain présente un risque "bénin" mais..

Le shutdown pourrait, à terme, peser sur le crédit, estime le FMI

Le shutdown pourrait, à terme, peser sur le crédit, estime le FMI - -

Une responsable du Fonds monétaire a jugé, ce mercredi 2 octobre que la paralysie budgétaire des Etats-Unis a pour le moment eu de faibles conséquences. Mais à terme, le "shutdown" pourrait avoir un impact sur le crédit.

Pour le moment, le "shutdown" américain a occasionné plus de peur que de mal. C'est en gros ce qu'a estimé Laura Kodres, directrice adjointe du département marchés financier au FMI.

"La paralysie budgétaire a été jusqu'à maintenant bénigne, les effets sur les marchés ont été relativement faibles", a-t-elle déclaré, ce mercredi 2 octobre, lors d'une conférence de presse à Washington.

La responsable du Fonds a toutefois mis en garde contre "l'incertitude" que cette paralysie fait peser sur l'économie."A chaque fois qu'il y a une montée de l'incertitude, cela peut avoir un effet sur la demande de crédit et, potentiellement, l'offre de crédit", a-t-elle déclaré.

"Des incertitudes" pour les banques

Selon elle, les ménages et les entreprises devraient ainsi réduire leur demande de crédit en "raison des incertitudes sur le futur", ce qui pourrait à terme peser sur l'activité et la consommation.

Les banques pourraient également juger cette situation "perturbante" et avoir des difficultés à maintenir leur offre de crédit, a-t-elle ajouté.

L'inquiétude de Pierre Moscovici

Pierre Moscovici semblait plus inquiet. Selon des propos rapportés par la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, ce mercredi, le ministre des Finances craint que le "shutdown" "ne freine la reprise en cours". Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a lui estimé que ce phénomène présentera "un risque pour les Etats-Unis et pour le monde s'il se prolonge".

Le ministère allemand des Finances avait lui indiqué, plus tôt dans la journée, qu'il restait optimiste. "Selon nos experts si la période concernée reste courte et s'il y a un accord d'ici à deux semaines, alors l'impact économique aux Etats-Unis mais aussi à l'étranger ne devrait pas être significatif", déclarait une porte-parole du ministère.

Un impact limité

Un constat partagé par les économistes de Capital Economics. "Un shutdown de courte durée, ou même un qui dure un peu moins de quelques semaines, pourrait avoir un impact modeste sur la croissance des Etats-Unis au troisième trimestre", écrivent-ils dans une note.

Ils rappellent ainsi que le dernier shutdown de 1995, qui avait duré 21 jours avait amputé la croissance américaine de 1%. L'agence de notation Moody's, pour sa part, évoque un impact de 1,4% pour le PIB américain au troisième trimestre, dans le cas où la paralysie durerait de trois à quatre semaines.

Julien Marion avec AFP