BFM Business

Mazda 3 : la voie de l'efficacité thermique

Futuriste par le design, la nouvelle Mazda 3 l'est aussi par ses motorisations thermiques sophistiquées, parmi les moins polluantes au monde.

Futuriste par le design, la nouvelle Mazda 3 l'est aussi par ses motorisations thermiques sophistiquées, parmi les moins polluantes au monde. - Antoine Larigaudrie

A contre-courant des tendances actuelles, la berline best-seller de Mazda est équipée d'une nouvelle génération ambitieuse de moteurs essence et diesel.

Mazda est décidément un constructeur qui ne fait rien comme tout le monde. A l'heure des investissements massifs dans l'électrification, l'hybride rechargeable et la propulsion zéro-émission, la marque japonaise reste fermement attachée à la motorisation thermique. « Il y a encore de la marge de progression », dit Philippe Geffroy, président de Mazda France. « Et les progrès technologiques en matière de moteurs classiques restent notre marque de fabrique et notre objectif principal », ajoute-t-il.

Le groupe, qui coopère toutefois avec Toyota à plus long terme sur les technologies hybrides et sur des systèmes 100% électrique, en est convaincu : l'avenir proche, la décennie à venir, doit avant tout être l'occasion de rendre les moteurs essence et diesel les plus économes et les moins polluants possible, pour offrir la plus large palette de choix à une clientèle encore très attachée aux moteurs classiques. Malgré des taux de croissance phénoménaux, l'électrique ne représente en effet que 2% du marché mondial... 

Test grandeur nature

C'est de cette idée de base qu'est née la nouvelle génération de Mazda 3, le modèle le plus vendu par le groupe à travers le monde (6 millions d'exemplaires depuis la première génération en 2003). « Un test très important, puisque l'ensemble des technologies moteurs qui l'équipent se retrouveront progressivement sur l'ensemble de la gamme Mazda » ajoute Philippe Geffroy.

Pas d'électricité au programme. 3 motorisations, dont un diesel SkyActiv D parmi les moins polluants du segment (moins de 4 litres aux 100 km). Mazda pour le moment refuse d'abandonner cette technologie, étant présent sur plusieurs marchés encore très demandeurs, dont l'Asie et l'Afrique / Moyen-Orient, et soucieux d'alimenter une clientèle d'entreprise européenne toujours friande de diesel (75% des ventes professionnelles en France, le véhicule d'entreprise représentant 28% des ventes françaises de Mazda annuellement).

SkyActiv X : un moteur hors du commun

Le constructeur propose aussi une motorisation essence SkyActiv G, équipée d'une micro-hybridation : une batterie de 24 volts récupère l'énergie au freinage, alimente l'instrumentation de bord et assiste le moteur pour réduire la consommation d'essence. Le résultat est une puissance de 122 chevaux, pour une consommation modérée de 5,1 litres aux 100 km, et des émissions de CO² totalement neutres sur le bonus-malus écologique, puisqu'elles ne sont que de 116 grammes au kilomètre.

Mais la botte secrète de la Mazda 3 sera un 3ème type de moteur : le SkyActiv X. Moteur high-tech unique au monde, exclusivité du constructeur, qui fonctionne en reprenant certains principes du diesel (notamment de très forts taux de compression), tout en utilisant de l'essence sans plomb. A la clé une puissance bien supérieure (180 chevaux), une consommation d'un peu plus de 6 litres... mais des taux d'émission de CO² inférieurs, équivalents au diesel et même à certains hybrides. « 100 grammes au kilomètre ou peut-être moins, en utilisation totalement normale », murmure-t-on chez Mazda. 

Ce moteur révolutionnaire, qui doit recevoir ses dernières homologations WLTP, promettait selon les premiers échos des taux encore inférieurs, proche des meilleurs hybrides, mais uniquement dans des conditions très expérimentales. La barre des 100 grammes au kilomètre en usage normal constitue déjà une prouesse technique hors du commun, et en tout cas garantit que la Mazda 3 équipée de ce moteur sera l'une des 5 voitures essence les plus « propres » au monde. Et même éligible à un bonus écologique sur le marché français !

Nouveau relais de croissance commerciale ?

Grâce à cette Mazda 3, ambassadrice des nouvelles technologies moteur du groupe, le constructeur n'envisage pas pour autant de bouleverser un segment toujours très encombré. Renault Mégane, Volkswagen Golf et Peugeot 308 y trustent les meilleures places, en France comme en Europe. Mais le groupe constate de vrais progrès sur le marché français, où il a quasiment doublé ses ventes totales en 4 ans de 2014 à 2018 (+82,3%), grâce notamment à ses SUV mais aussi à ses moteurs sophistiqués, sobres et peu polluants. 

L'objectif, raisonnable, de Mazda, est d'écouler 12.000 véhicules sur le marché français cette année (soit une croissance d'un peu plus de 8%), dont 2.000 Mazda 3. Environ 30% de ces modèles seront équipés du fameux moteur SkyActiv X. Si le succès commercial est au rendez-vous, le groupe pourrait voir ses ambitions grandir et changer la donne, auprès d'une clientèle attirée par la technologie mécanique et une image de marque de plus en plus premium.