BFM Business

Maurice Obstfeld, le nouveau chef économiste du FMI pas partisan du "Grexit"

Maurice Obstfeld, le 29 mai 2013.

Maurice Obstfeld, le 29 mai 2013. - Yoshikazu Tsuno - AFP

Ex-conseiller économique d’Obama, successeur du Français Olivier Blanchard, ce spécialiste des questions de change et de commerce international prédisait le pire en 2011 pour la zone euro si la Grèce était poussée vers la sortie.

Un économiste opposé au "Grexit" nommé économiste en chef du Fonds monétaire international. L'Américain Maurice Obstfeld, un des conseillers économiques du président Barack Obama, remplacera à partir de début septembre Olivier Blanchard, qui occupait ce poste depuis septembre 2008, a annoncé ce lundi l’institution. Le Français, qui avait été nommé par Dominique Strauss-Kahn, va lui rejoindre le Peterson Institute for International Economics, un prestigieux think tank basé à Washington.

Maurice Obstfeld est une sommité parmi les économistes américains.

"Ses remarquables références académiques et sa riche expérience internationale le placent dans une position exceptionnelle pour apporter un leadership intellectuel au FMI à ce moment charnière", a loué la patronne de l’institution, Christine Lagarde, qui a procédé à cette nomination. "Il est connu à travers le globe pour ses travaux sur l’économie internationale et est considéré comme l’un des macroéconomistes les plus influents au monde".

Âgé de 63 ans, Maurice Obstfeld est, comme Olivier Blanchard, un économiste au profil plutôt universitaire, relève le Financial Times. Tous deux ont d’ailleurs obtenu un doctorat du MIT à la fin des années 1970. Professeur d'économie - et ancien titulaire de la chaire d’économie à l’université de Berkeley, en Californie - il a notamment travaillé sur les taux de change, les crises financières internationales, les marchés de capitaux mondiaux et les politiques monétaires.

En cas de "Grexit", "la boîte de Pandore sera ouverte"

Spécialiste d’économie internationale, il est un inconditionnel de l’économiste et Paul Krugman, avec lequel il a écrit un ouvrage de macro-économie qui fait référence (Economie Internationale, aux éditions de Boeck Supérieur). Selon lui, le prix Nobel d’économie 2008 est "le Mozart de sa génération". Et d’ajouter: "la créativité et la beauté de son travail académique sont remarquables." Il a également écrit avec Kenneth Rogoff, ancien chef économiste du FMI et professeur à Harvard, le livre Foundations of International Macroeconomics.

Maurice Obstfeld, qui a été conseiller auprès de la banque centrale japonaise, avait rejoint l'équipe des conseillers économiques de la Maison Blanche en juin 2014. Au FMI, il aura notamment la lourde tâche de superviser le plan de sauvetage de la Grèce auquel le FMI est associé depuis 2010 aux côtés de la Commission européenne et la Banque centrale européenne.

Il a été préféré à plusieurs femmes économistes, dont la Française Hélène Rey, dont le nom était souvent cité pour prendre la relève d’Olivier Blanchard. Christine Lagarde a donc choisi un économiste opposé au "Grexit". En novembre 2011, sur la chaîne Bloomberg Business (vidéo ci-dessous à partir de 2 minutes 10), il avait ainsi estimé dangereuse une sortie de la Grèce de la zone euro.

"Une fois que la Grèce aura quitté la zone euro, si c’est ce qu’elle fait, la boîte de Pandore sera ouverte", avait-il prévenu. "Si un pays peut partir, d’autres peuvent partir. Même un départ d’une petite partie de la zone euro laisserait l’ensemble très très instable."
V.R.