BFM Business

Les prix alimentaires mondiaux flambent

La sécheresse dans le Midwest américain fait flamber les prix des céréales.

La sécheresse dans le Midwest américain fait flamber les prix des céréales. - -

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a publié, ce jeudi 9 août, son indice des prix alimentaires mondiaux. Ils grimpent notamment à cause de la sécheresse aux Etats-Unis.

La FAO met en garde contre une nouvelle crise alimentaire. Après trois mois de fléchissement, son indice des prix des produits alimentaires, publié ce jeudi, a bondi de 6% en juillet. Il s'est établi en moyenne à 213 points, soit une hausse de 12 points par rapport à juin.

La hausse est importante, même si l'indice des prix des aliments reste loin de son record de 238 points atteint en février 2011. Reste que, à ces niveaux, les prix "sont pénalisants pour beaucoup de pays, particulièrement ceux qui sont pauvres et qui dépendent du marché mondial pour importer leur nourriture", a déclaré Abdolreza Abbassian, économiste à la FAO.

La pire vague de chaleur qu'aient connue les Etats-Unis depuis 25 ans

Cette envolée des prix s’explique notamment par la sécheresse qui sévit dans certaines régions productrices comme le Midwest américain. Le constat fait froid dans le dos: près de 40% de la production céréalière américaine serait anéantie par la pire vague de chaleur connue par les Etats-Unis depuis un quart de siècle.

Ces conditions climatiques extrêmes ont fait littéralement flamber le cours des céréales le mois dernier. Le maïs a été particulièrement touché, son prix a grimpé de 23% en juillet. Les cours du blé ont aussi augmenté de 19%.

Pour le sucre, ce sont les aléas climatiques au Brésil, principal exportateur mondial, qui ont fait grimper les prix. A l'inverse, les prix de la viande sont en baisse. Et ceux des produits laitiers sont stables, après cinq mois consécutifs de baisse. Mais, au global, selon la FAO, les prix des denrées alimentaires ne sont pas près de redescendre.

Karine Vergniol et BFMbusiness.com