BFM Business

Les guerres commerciales coûteront 0,8% du PIB mondial, avertit le FMI

-

- - AFP

Après l'Organisation mondiale du commerce, c'est au tour du Fonds monétaire international de tirer le signal d'alarme.

L'inquiétude gagne les instances internationales. Après l'OMC, c'est Kristalina Georgieva, la nouvelle directrice du FMI, qui affiche son inquiétude face aux conséquences des guerres commerciales menées des deux côtés de l'Atlantique. Selon elle, les tensions commerciales vont amputer d'environ 0,8% le PIB mondial d'ici 2020. Soit environ 700 milliards de dollars, l'équivalent de l'économie de la Suisse.

La croissance de la planète "connaît désormais un ralentissement synchronisé", a déploré Kristalina Georgieva, prévenant que le Fonds monétaire international allait publier le 15 octobre des prévisions de croissance révisées en baisse tant pour 2019 que 2020.

"En 2019, nous nous attendons à une croissance plus lente dans près de 90% du monde", a-t-elle poursuivi dans un discours prononcé en amont des réunions d'automne du FMI et de la Banque mondiale à Washington.

La nouvelle directrice générale qui a pris ses fonctions il y a tout juste une semaine, ajoute que "la croissance va tomber cette année à son plus bas niveau depuis le début de la décennie".

Croissance du commerce au point mort

"La croissance du commerce mondial est presque au point mort", a-t-elle ajouté. Et d'exhorter les pays à travailler ensemble "maintenant" pour trouver "une solution durable" d'autant que l'incertitude crée des soubresauts sur les marchés financiers.

Elle invite en outre "les pays ayant de l'espace budgétaire à déployer ou à se tenir prêts à déployer une force de frappe budgétaire" pour contribuer à stimuler la demande et la croissance, citant l'Allemagne, les Pays Bas et la Corée du sud.

Début octobre, les experts de l’OMC ont fortement revu à la baisse leurs prévisions de croissance du commerce pour 2019 et 2020.

Concrètement, le volume du commerce mondial des marchandises devrait croître de seulement 1,2% en 2019, contre une prévision de +2,6% faite en avril dernier. L’augmentation projetée pour 2020 est désormais de +2,7%, contre +3% précédemment.

Ces prévisions actualisées sont basées sur des estimations consensuelles d'une croissance du PIB mondial de 2,3% aux taux de change du marché, à la fois pour 2019 et pour 2020, contre 2,6% précédemment.

"Les économistes mettent en garde contre les risques de détérioration qui restent élevés et indiquent que la projection pour 2020 dépend d’un retour à des relations commerciales plus normales", avertit l'OMC.

"D'autres séries de droits de douane et de mesures de rétorsion pourraient entraîner un cycle de récriminations destructeur. Des politiques monétaires et budgétaires changeantes pourraient déstabiliser des marchés financiers volatils. Un ralentissement plus marqué de l'économie mondiale pourrait causer une contraction du commerce encore plus importante. Enfin, un Brexit chaotique pourrait avoir un impact régional notable, principalement limité à l'Europe", a ainsi expliqué Roberto Azevêdo, directeur général de l'organisation mondiale du commerce.

OC avec AFP