BFM Business

Le PDG de Levi’s ne veut plus de clients armés dans ses boutiques

Pour se payer une paire de jeans dans un Levi's Store, les cowboys devront laisser leur artillerie à la maison.

Pour se payer une paire de jeans dans un Levi's Store, les cowboys devront laisser leur artillerie à la maison. - Levi's

Dans une lettre publiée sur LinkedIn, le PDG de Levi’s demande à ses clients porteurs d’armes à feu de les laisser chez eux avant de venir acheter un jean dans ses boutiques américaines.

"Un honnête homme avec une arme, le reste même s’il n’en porte pas". C’est ainsi que Chip Bergh, PDG de Levi Strauss & Co a annoncé sur LinkedIn que dorénavant, il sera déconseillé de se rendre armé dans ses stores américains. Il précise qu’il ne s’agit pas d’une interdiction, mais d’une demande. Selon lui, faire respecter une interdiction, "conduirait à porter atteinte à l'objectif de l'interdiction elle-même: la sécurité". 

Pour le dirigeant, il s’agit avant tout de protéger son personnel de tout danger. Dans l’un des magasins américains, un coup de feu serait parti accidentellement au moment où un client essayait un jean’s, sans que le PDG n'indique dans quelle ville l’incident a eu lieu.

Le dirigeant s’appuie aussi sur les attentats qui se sont déroulés à Paris, Nice et Orlando, villes dans lesquelles il dispose de boutiques, mais aussi celui de Bruxelles où se trouve son siège européen. 

Cette décision n’est pas une première, comme l'indique le Washington Post. Avant Levi’s, les chaînes Whataburger, Chipotle, Panera et Starbuck ont demandé à leurs clients de ne pas venir armés dans leurs magasins et ont affronté des demandes de boycott dans certaines villes. Pour Chip Bergh, il s’agit avant tout de sécurité et de défendre ce qu’il pense être juste.

Pascal Samama