BFM Business

Le Français Thomas Piketty claque la porte du parti travailliste anglais

-

- - AFP

L'économiste français, auteur du "Capital au XXIème siècle", était conseiller du Labour Party britannique depuis septembre dernier.

Le Labour Party en pleine déconfiture. Depuis le résultat du référendum sur le Brexit, le parti qui est l'équivalent du PS en Grande-Bretagne enregistre des défections en série. Sept membres du "cabinet fantôme" (shadow cabinet) du Parti travailliste ont annoncé dimanche leur démission, sur fond de crise au sein du Labour dont une partie des dirigeants conteste ouvertement le leadership de Jeremy Corbyn.

Et le dernier en date est bien connu des Français puisqu'il s'agit de l'économiste Thomas Piketty. L'auteur du best-seller "Le Capital au XXIeme siècle" qui s'est vendu à près de 2 millions d'exemplaires dans le monde était en effet depuis septembre 2015 le conseiller économique de Jeremy Corbyn, le leader du parti travailliste. Mais "profondément préoccupé" par le résultat du vote, l'économiste n'a pas souhaité continuer à collaborer, explique-t-il au site The Independent.

"Corbyn pas le seul responsable du désastre"

Professeur à l'École d'économie de Paris, Piketty assure cependant qu'il a pris la décision de démissionner il y a plusieurs semaines. Bien avant le résultat du vote du 23 juin dernier. Il précise que ce n'est pas à la suite d'un désaccord politique mais "simplement parce qu'[il] n'était pas en mesure de trouver le temps pour s'impliquer correctement dans cette tâche de conseiller", explique-t-il à The Independent.

Mais le contexte politique a néanmoins pesé dans sa décision puisqu'il explique qu'il est "profondément préoccupé par le vote du Brexit ainsi que par la faible implication du parti travailliste durant la campagne." Même si, tient-il à préciser, "Corbyn n'est évidemment pas le seul responsable de ce désastre".

Frédéric Bianchi