BFM Business

Le FMI s'inquiète de la situation de l'Allemagne

Le FMI abaisse ses prévisions de croissance sur l'Allemagne

Le FMI abaisse ses prévisions de croissance sur l'Allemagne - -

Le Fonds monétaire international a décidé, ce lundi 3 juin, d'abaisser sa prévision de croissance de l'Allemagne. Il table pour 2013 une croissance de 0,3% contre 0,6% auparavant.

Le pessimisme ambiant pèse aussi sur l'Allemagne. Le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé, ce lundi 3 juin, sa prévision de croissance pour le pays en 2013 à 0,3%, contre 0,6% attendu jusqu'à présent.

"La croissance en 2013 devrait être faible", même si un redressement de l'activité est attendu au cours de la deuxième moitié de l'année "grâce à des fondamentaux domestiques solides", soulignent les économistes du FMI, dans un communiqué sur les conclusions de leur mission annuelle sur le pays.

Dans ses prévisions mondiales d'avril, le FMI tablait encore sur une hausse du Produit intérieur brut (PIB) de 0,6% en 2013, puis sur un rebond de 1,5% en 2014.

Pour l'an prochain, l'institution attend désormais une croissance "marginalement plus basse", de l'ordre de 1,3%, a déclaré sa chef de mission, Subir Lall, lors d'une conférence de presse ce lundi à Berlin.

Alors que l'Allemagne a enregistré une très maigre progression de son PIB au premier trimestre, de 0,1%, le FMI se montre donc plus pessimiste pour l'ensemble de l'année en cours que le gouvernement allemand, qui mise sur une croissance de 0,5%.

Enfoncement dans la récession

Une "mise en garde" qui rejoint celle de l'OCDE. Fin mai, l’Organisation de coopération et de développement économique s'inquiétait de la situation économique en zone euro. La faiblesse de l'activité pourrait se transformer en "stagnation, avec des conséquences négatives pour l'économie mondiale", écrit l'économiste en chef de l'OCDE, Pier Carlo Padoan, dans ce rapport.

L’OCDE annonce un enfoncement de la zone euro cette année : les 17 pays membres doivent perdre 0,6% de croissance en 2013, contre 0,1% anticipé jusqu’ici. Une reprise est bien prévue à l’horizon 2014, mais elle devrait rester modeste.

Diane Lacaze avec AFP