BFM Business

Le FMI craint une récession en zone euro

Le Fonds monétaire international a revu ses prévisions de croissance à la baisse.

Le Fonds monétaire international a revu ses prévisions de croissance à la baisse. - -

Les prévisions du Fonds monétaire international montrent que la zone euro sera en récession en 2012, suivi d’une légère reprise en 2013. Mais le FMI ne prend pas en compte tous les indicateurs pour faire ses pronostics.

Récession en vue pour la zone euro. Le Fonds monétaire international table, en effet, sur une baisse de 0,4% en 2012, suivi d’une légère reprise en 2013 (+0,2%). "La zone euro est victime des incertitudes sur l'aptitude des gouverneurs européens à contrôler la crise de la zone euro", selon Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI.

Néanmoins, ces prévisions pessimistes du FMI sont à nuancer, selon Mathilde Lemoine, directeur des études économiques d’HSBC-France : "Le FMI ne tient pas compte d’avancées potentielles au niveau européen qui permettraient de stabiliser la crise de la zone euro. Le Fonds monétaire n’intègre pas le niveau des négociations pour améliorer l’intégration budgétaire, les avancées concernant l’assainissement du secteur bancaire espagnol… Ce sont des prévisions classiques, basiques, sans tenir compte de la situation particulière de la zone euro".

C’est pourquoi les prévisions de la France données par le FMI ne sont guère plus brillantes. "La France ne peut pas respecter ses engagements en matière de déficit public". Voilà, en substance, l’avis implacable du Fonds monétaire international (FMI). Alors que le gouvernement français prévoit actuellement 0,3% de croissance cette année et 0,8% l'an prochain, le FMI table plutôt sur, respectivement, 0,1% et 0,4%.

L’Etat a fondé son collectif budgétaire 2012 et le Budget 2013 sur ces hypothèses de croissance. L'objectif de réduction du déficit public à 4,5% du PIB à la fin de cette année, puis à 3% en 2012, qui y figure, est donc remis en cause. Dans son "Moniteur des finances publiques", le FMI prévoit lui que le déficit de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale sera plutôt de 4,7% du PIB fin 2012 et de 3,5% fin 2013.

Quant à la dette publique, elle devrait atteindre à la fin de cette année 90% du PIB, selon le FMI, un chiffre proche de la prévision de l'exécutif français (89,9%) et 92,1% fin 2013, contre 91,3% prévus par le gouvernement.


Diane Lacaze