BFM Business

Le déficit public du Royaume-Uni au plus bas depuis plus de dix ans

-

- - Glyn Kirk - AFP

Le déficit public du Royaume-Uni a continué de se résorber au cours de l'année budgétaire 2017-2018 pour atteindre 2,1% du PIB.

D'année en année, le Royaume-Uni réussit à réduire son déficit public. Selon l'Office des statistiques nationales (ONS), celui-ci s'est résorbé de 2,1% du PIB l'an dernier grâce à de meilleurs rentrées fiscales. Les chiffres présentés couvrent la période d'avril 2017 à mars 2018 et sont meilleurs que les prévisions de l'Office de responsabilité budgétaire (OBR), l'organisme public indépendant chargé des prévisions économiques.

Le déficit public s'est établi à 42,6 milliards de livres (48,7 milliards d'euros), soit son niveau le plus faible depuis l'année 2006-2007, juste avant la crise financière, là où les pouvoirs publics prévoyaient 45,2 milliards de livres.

Après avoir connu un pic à 9,9% du PIB en 2009-2010, conséquence des dépenses engagées pour sortir le pays de l'ornière avec la relance de l'économie et le sauvetage des banques, le déficit public a depuis reflué d'année en année, au cours d'une période placée sous le sceau de l'austérité.

"Soulager les Britanniques frappés par l'austérité"

En données comparables européennes dites "Maastricht", la déficit public britannique, calculé pour l'année calendaire cette fois, s'est élevé à 1,9% en 2017, ce qui en fait un des bons élèves de l'Europe.

Le gouvernement britannique a vu ses recettes progresser de 3,3% en 2017-2018 grâce à des rentrées fiscales en hausse, en particulier la TVA et l'impôt sur le revenu, malgré un léger ralentissement de la croissance économique. De leur côté, les dépenses ont avancé moins vite, de 2,6%, le gouvernement ayant choisi de rester économe notamment face aux incertitudes du Brexit et afin de respecter ses objectifs budgétaires, à savoir d'en finir avec le déficit d'ici au milieu des années 2020.

La déclaration budgétaire de mars a confirmé cette prudence du gouvernement conservateur qui a préféré renvoyer au budget de cet automne des annonces concernant les dépenses afin de soulager les Britanniques frappés par l'austérité.

"De moindres dépenses plutôt qu'un rebond de l'économie"

"Le déficit public continue de refléter de moindres dépenses plutôt qu'un rebond de l'économie", relève Samuel Tombs, économiste chez Pantheon Macroeconomics. Selon lui, le ministre des Finances, Philip Hammond, "va certainement utiliser sa marge de manoeuvre budgétaire cet automne", en augmentant les salaires du secteur public et les dépenses du système de santé NHS.

Enfin, la dette a progressé de 71,2 milliards de livres pour atteindre 1.798 milliards de livres (2,1 milliards d'euros) pour l'année budgétaire 2018-2018, soit 86,3% du PIB. Au sens de "Maastricht", la dette représente 87,7% du PIB pour l'année calendaire 2017, soit au-dessus de l'objectif européen de 60%.

La hausse de la dette est en partie liée aux coûts du programme de soutien à l'économie via la politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE) mis en place depuis août 2016.

A.M. avec AFP