BFM Business

La Fed abaisse le montant de ses rachats d'actifs

La Réserve fédérale américaine réduit légèrement son soutien à l'économie, a-t-elle annoncé ce mercredi 18 décembre.

La Réserve fédérale américaine réduit légèrement son soutien à l'économie, a-t-elle annoncé ce mercredi 18 décembre. - -

La Réserve fédérale américaine a annoncé ce 18 décembre abaisser légèrement le montant de ses rachats d'actifs de 85 milliards de dollars par mois à 75 milliards.

Le "tapering", c'est-à-dire la sortie progressive du soutien massif de la Fed à l'économie américaine, est lancé en cette fin 2014. L'institution a annoncé ce 18 décembre a annoncé baisser le montant de ses rachats d'actifs de 10 milliards de dollars par mois.

Ils vont donc passer de 85 milliards de dollars mensuels à 75 milliards. Cette baisse concerne à la fois ses rachats de bons du Trésor et ceux de titres adossés à des crédits hypothécaires, dans la même proportion. La politique monétaire de la Fed reste extrêmement accommodante. Elle qualifie elle-même la réduction de ses achats d'actifs de "modeste".

Cette décision a été prise en raison de "risques pour l'avenir de l'économie et le marché de l'emploi plus équilibré", peut-on lire dans le communiqué des gouverneurs de la Banque centrale américaine.

Elle annonce aussi qu'elle baissera encore le rythme de ses rachats d'actifs, toujours de manière progressive, si le marché de l'emploi continue de s'améliorer et que l'inflation se rapproche de son objectif à long terme.

Le Dow Jones se reprend

Son président, Ben Bernanke, avait préparé les esprits à un retrait progressif de ces mesures non-conventionnelles, mises en place au moment de la crise financière de 2008, dès février 2013. Mais à l'époque, cette simple évocation avait chuter les marchés, en particulier dans les pays émergents.

La Réserve fédérale américaine maintient en revanche ses taux directeurs inchangés, et prévient qu'il lui semble approprié qu'ils restent proches de zéro, "bien après le passage du taux de chômage au-dessous des 6,5%".

La banque centrale des Etats-Unis a également annoncé élargir sa fourchette de prévision de croissance. Le PIB devrait donc progresser de 2,8% à 3,2% en 2014, contre une précédente prévision de 2,9% à 3,1%.

Concernant le chômage, la Fed estime que le taux de chômage drevrat s'établir entre 6,3% et 6,6%, légèrement moins que la fourchette de 6,4 à 6,8% initialement prévue.

En ce début de soirée ce 18 décembre, Wall Street s'est montrée extrêmement volatil dans les minutes suivant l'annonce de cette décision, mais le Dow Jones reprenait de la vigueur peu après 20h heure française. Le S&P 500 et le Nasdaq atteignaient même des plus hauts en séance.

>> Une émission spéciale pour décrypter cette décision se tiendra dès 21 heures sur BFM Business

N.G. avec agences