BFM Business

La Chine surveille ses grands groupes ayant investi à l'étranger

Plusieurs compagnies chinoises de premier plan sont dans le collimateur de Pékin : Wanda, Fosun, HNA et Rossoneri Sport Investment Lux (acquéreur de l'AC Milan), parmi d'autres.

Plusieurs compagnies chinoises de premier plan sont dans le collimateur de Pékin : Wanda, Fosun, HNA et Rossoneri Sport Investment Lux (acquéreur de l'AC Milan), parmi d'autres. - Mark Ralston-AFP

Le régulateur bancaire chinois enquête sur les prêts potentiellement risqués accordés aux grandes entreprises du pays ayant massivement investi à l'étranger. Si Wanda est visé, HNA et Fosun feraient aussi partie des firmes concernées.

Après les avoir encouragées, la Chine ne soutient plus aveuglément ses grandes entreprises parties à la conquête du monde à coup de rachats. Le régulateur bancaire chinois a ordonné une enquête sur les prêts potentiellement risqués accordés aux grandes entreprises du pays qui ont massivement investi à l'étranger, a annoncé vendredi 23 juin le conglomérat Wanda, visé par l'opération en cours.

Wanda avait acquis en 2012 la chaîne américaine de cinémas AMC (2,6 milliards de dollars), puis le studio hollywoodien Legendary (3,5 milliards) en 2016. Mais son rachat de la société productrice des Golden Globes pour 1 milliard de dollars avait capoté en mars 2017, à la suite du durcissement par Pékin des sorties de capitaux.

Fosun et HNA seraient aussi dans le collimateur

L'autorité chinoise de régulation bancaire (CBRC) a ordonné aux banques du pays de mener des analyses auprès des entreprises "impliquées dans d'intenses investissements à l'étranger et qui ont contracté de nombreux prêts bancaires", a précisé Wanda, confirmant une information du magazine financier Caixin. "Les services chargés de la régulation vont mener des contrôles au sein des entreprises concernées", a indiqué Wanda sur son compte officiel sur Sina Weibo.

D'autres compagnies chinoises de premier plan sont dans le collimateur, selon le groupe: Fosun (propriétaire du Club Med), HNA (aéronautique, finance, tourisme) et Rossoneri Sport Investment Lux (acquéreur de l'AC Milan), parmi d'autres.

Le conglomérat Wanda dit s'attendre à ce que les enquêteurs "vérifient la présence de risques potentiels", mais ajoute que les autorités n'ont pas encore effectué "d'appréciation des risques".

Wanda s'estime victime de rumeurs boursières 

La communication officielle de Wanda intervient au lendemain de la suspension d'un de ses titres à la Bourse de Shenzhen. L'action Wanda Film, société qui réunit les intérêts du groupe dans le cinéma, avait dégringolé de près de 10% après des ventes massives. Wanda avait dénoncé des "rumeurs" suggérant que des banques appelaient à vendre des titres du groupe. Les cotations ont repris vendredi 23 juin 2017.

Interrogé sur l'enquête, le groupe HNA a de son côté déclaré à l'AFP être "dans une situation financière et opérationnelle solides". Fosun n'a pas réagi dans l'immédiat et Rossoneri n'a pu être joint.

Le gouvernement a encouragé ses entreprises à investir à l'international afin de conquérir de nouveaux marchés, mais Pékin s'inquiète désormais des fuites de capitaux et des créances douteuses et dénonce les investissements "irrationnels" à l'étranger, plaçant des obstacles à la sortie des liquidités. Il entend également endiguer l'octroi des prêts, dans un contexte d'inquiétude face à l'explosion de la dette chinoise.

Frédéric Bergé avec AFP