BFM Business

La Chine boude la réunion du FMI au Japon

Le conflit territorial entre la Chine et le Japon continue à créer des tensions

Le conflit territorial entre la Chine et le Japon continue à créer des tensions - -

Le gouverneur de la banque centrale et le ministre des finances chinois ne seront pas de la réunion du FMI et de la Banque mondiale, au Japon. Pour Tokyo, la Chine commence à avoir l’arrogance d’une superpuissance.

Après le G7 Finance qui démarre ce jeudi, le FMI et la Banque mondiale se réunissent à partir de vendredi à Tokyo au Japon. Une réunion sur fond de tensions diplomatiques : les plus grands argentiers chinois ne viendront pas.

Plus de 10 000 personnes sont toutefois attendues pour cette 23ème assemblée annuelle au cours de laquelle patronne du FMI, Christine Lagarde, devrait livrer ses perspectives sur l'économie mondiale.

Le gouverneur de la banque centrale chinoise et le ministre des finances chinois: deux poids lourds aux abonnés absents. Officiellement, c'est un problème de temps, l'agenda est trop serré. Mais tout le monde a bien compris le nœud du problème: des îles au large de la Chine administrées par Tokyo mais revendiquées par Pékin (île Senkaku)... Une zone stratégique puisque les fonds marins seraient riches en hydrocarbures.

Une situation qui agace Tokyo

Rien de dramatique, selon le FMI qui joue l'apaisement, il y aura quand même des représentants chinois pour cette réunion. Côté japonais, la pilule a du mal à passer. Les autorités misent beaucoup sur ce rendez-vous pour en faire une vitrine du redressement du pays, un an et demi après la catastrophe de Fukushima. Mais, avec ce camouflet, certains estiment du côté de Tokyo que la Chine commence à avoir l'arrogance d'une superpuissance...

La Chine, de son côté, menace toujours le Japon de représailles commerciales. La situation risque de rester tendue jusqu'au Congrès du Parti communiste chinois le 8 novembre prochain.

Alexis Pluyette