BFM Business

L'Iran, un marché de rêve pour L'Oréal

Les Iraniennes achètent trois fois plus de mascara que les Françaises.

Les Iraniennes achètent trois fois plus de mascara que les Françaises. - -

Après Yves Saint Laurent Beauté, c'est au tour de Lancôme de débarquer en Iran pour vendre du maquillage. Le pays est le 2e marché du Moyen-Orient pour les cosmétiques, et le 7e mondial.

Les femmes iraniennes ont beau être obligées de se voiler, elles consomment plus de maquillage que les Européennes. De quoi aiguiser l'appétit des marques de cosmétiques, en particulier des Françaises. Du fait des sanctions commerciales contre le pays, elles n'ont pas à y craindre la concurrence des marques Américaines.

Lancôme, la griffe de luxe française, numéro un mondial des cosmétiques, a ainsi fait un retour remarqué dans le pays récemment, après plusieurs décennies d'absence. La société a seulement dû effectuer des modifications dans ses publicités pour les rendre conforme aux normes islamiques.

La marque du groupe L'Oréal Luxe vise un marché des cosmétiques dont elle juge le potentiel énorme: 38 millions de femmes vivent en Iran, ce qui en fait le deuxième marché du Moyen-Orient en chiffre d'affaires pour les cosmétiques, derrière l'Arabie saoudite, et le 7e marché mondial. D'ailleurs Yves Saint-Laurent Beauté, une autre filiale de L'Oréal, est aussi présente en Iran.

La Charia tolère le maquillage

La loi islamique qui y est appliquée depuis la révolution de 1979 oblige les femmes à porter un voile couvrant les cheveux et le cou, mais elle n'interdit pas de porter du maquillage. D'où le succès des faux ongles vernis et des cosmétiques.

Une iranienne achèterait en moyenne un tube de mascara par mois, contre un par trimestre pour une Française, selon les professionnels du secteur. "C'est un marché en plein boom, qui représente en gros plusieurs centaines de millions de dollars", a affirmé un représentant de la marque à l'AFP.

C'est la première fois depuis la révolution islamique en 1979 qu'une marque occidentale majeure est lancée en fanfare dans un pays mis au ban de la communauté internationale pour son soutien présumé au terrorisme et son programme nucléaire controversé.

N.G. avec AFP