BFM Business

L'Égypte demande l'aide financière du FMI

Fonds monétaire international.

Fonds monétaire international. - Mandel Ngan - AFP

L'économie égyptienne souffre d'une chute du tourisme et d'un ralentissement des revenus tirés du Canal de Suez.

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé mardi que l'Égypte a officiellement demandé son aide financière pour l'aider à redresser une économie en difficultés. Le montant de l'aide n'a pas encore été précisé mais certains médias avancent le chiffre de 7 milliards de dollars annuels sur trois ans.

Une mission du FMI se rendra pour deux semaines au Caire à partir du 30 juillet, précise l'institution dans un communiqué.

Une dévaluation de la monnaie pour amortir les chocs

Depuis plusieurs mois, l'économie égyptienne est frappée de plein fouet par une baisse des rentrées de devises étrangères sur fond de chute du tourisme et d'un ralentissement des revenus tirés du Canal de Suez. Mi-mars, la Banque centrale a dû dévaluer de près de 15% sa monnaie pour tenter d'amortir ces chocs.

"Notre but est d'aider l'Égypte à renouer avec la stabilité économique et à soutenir une croissance forte, durable et riche en emplois", a indiqué Masood Ahmed, directeur du département Moyen-Orient au FMI.

Instabilité politique

Fin 2012, le FMI et l'Égypte, alors dirigée par le président islamiste Mohamed Morsi, avaient conclu un pré-accord pour un prêt de 4,8 milliards de dollars assorti de réformes économiques. Mais les discussions avaient été interrompues quelques mois plus tard, en pleine vague d'instabilité politique dans le pays qui a abouti à la destitution de M. Morsi par l'armée en juillet 2013.

Le pays, dirigé depuis par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, s'est alors tourné vers les monarchies du Golfe pour obtenir des liquidités. L'Arabie saoudite s'est notamment engagée à apporter une aide de 5 milliards de dollars, tandis que les Emirats arabes unis et le Koweït ont offert ensemble 7 milliards de dollars. Des liquidités insuffisantes pour faire face aux chocs actuels.

Ma. G. avec AFP