BFM Business

L'ancien patron du FMI condamné à 4 ans et demi de prison

Rodrigo Rato a dirigé le FMI de 2004 à 2007.

Rodrigo Rato a dirigé le FMI de 2004 à 2007. - Javier Soriano - AFP

L'Espagnol Rodrigo Rato, qui a dirigé le fonds monétaire de 2004 à 2007, a été condamné ce jeudi à Madrid pour détournement de fonds.

Rodrigo Rato, ex-patron du Fonds monétaire international, a été condamné jeudi à Madrid à 4 ans et demi de prison pour détournement de fonds au sein des banques espagnoles qu'il présida de 2010 à 2012.

Rodrigo Rato a été condamné dans l'affaire dite des "cartes Black", pour laquelle étaient jugés 65 anciens dirigeants et membres des conseils d'administration de Caja Madrid et Bankia pour avoir détourné 12 millions d'euros grâce à des cartes bancaires non déclarées entre 2003 et 2012.

Les frais acquittés mêlaient pleins d'essence, courses au supermarché, coûteux voyages, achat de sacs de luxe ou soirées en discothèque...

L'affaire avait fait scandale dans l'Espagne en crise, d'autant que ces malversations s'étaient poursuivies alors que les difficultés s'accumulaient pour Bankia, sauvée de justesse de la faillite en 2012, quand l'État avait dû lui injecter plus de 22 milliards d'euros de fonds publics.

Proche de Rajoy

Rodrigo Rato pourrait échapper à une incarcération immédiate, s'il fait appel de cette décision, comme le beau-frère du roi d'Espagne, Inaki Urdangarin, laissé libre jeudi après avoir été condamné la semaine dernière à plus de six ans de prison dans une affaire de corruption.

Cependant, la justice espagnole avait décidé en janvier d'envoyer en prison cinq ex-dirigeants d'une Caisse d'épargne, également condamnés à deux ans pour détournements, afin de ne pas favoriser "l'impunité".

Aujourd'hui âgé de 67 ans, Rodrigo Rato avait été le ministre de l'Économie du pays et un pilier du Parti Populaire (PP) de Mariano Rajoy, actuellement au pouvoir en Espagne. 

Vice-président du gouvernement de José Maria Aznar de 1996 à 2004, il avait ensuite dirigé le FMI jusqu'en 2007.

Y.D. avec AFP