BFM Business

Kalachnikov ouvre à l'aéroport de Moscou un invraisemblable magasin

Le magasin qui vient d’ouvrir à l’aéroport de Moscou est le tout premier point de vente de produits dérivés du fabricant historique russe d’armes à feu.

Le magasin qui vient d’ouvrir à l’aéroport de Moscou est le tout premier point de vente de produits dérivés du fabricant historique russe d’armes à feu. - Ruptly TV-YouTube

Dans cette boutique située dans la zone duty-free de l'aéroport international de Moscou, le fabricant russe vend des vêtements mais aussi des répliques de ses fusils d'assauts. Autant d'objets présentés comme des "souvenirs" typiques de Russie.

Les passagers en transit à l'aéroport de Moscou Cheremetievo vont-ils craquer pour une réplique en plastique de Kalachnikov? D'un goût discutable, l'initiative du groupe russe, fabricant du célèbre AK-47 inventé par le Soviétique Mikhaïl Kalachnikov, consiste à ouvrir un premier magasin de produits dérivés dans l'enceinte du principal aéroport moscovite.

Le nouveau point de vente expose en vedette des répliques en plastique grandeur nature de ses "célèbres" fusils d'assaut ainsi que des pistolets. Plusieurs modèles exposés se vendent plus de 30.000 roubles (400 euros). On y trouve aussi des casquettes, des tee-shirts, des stylos, des sacs et même des parapluies, frappés du logo de la marque.

"Kalachnikov est l'une des marques les plus populaires qui viennent à l'esprit pour la plupart des gens dans le monde quand ils entendent parler de la Russie," a expliqué à Reuters, le directeur du marketing de l'armurier russe, Vladimir Dmitriev, "Donc, nous sommes heureux de l'occasion pour tout le monde à emporter de la Russie un souvenir avec notre marque de l'entreprise" a-t-il ajouté.

L'industriel russe, en quête d'une nouvelle image, a expliqué, dans un communiqué, que la boutique propose "des copies d'armes à feu pouvant être achetées comme souvenir par toute personne en âge légal".

Qu'en pensent les services de sécurité des aéroports ?

Le premier aéroport international de la capitale russe voit d'un mauvais oeil, l'immixtion dans ses terminaux d'une boutique où sont vendus des produits qui, par nature, sont susceptibles de troubler la tranquillité des passagers et du personnel de bord des avions, voire de faire peser une menace sur la sécurité des vols.

On se demande comment il est possible de monter à bord d'un avion avec des répliques factices aussi saisissantes de ressemblance avec l'arme d'origine. D'autant plus que la Russie, soumise elle aussi à des menaces d'attentat, applique de strictes mesures de sécurité dans ses aéroports.

En France, deux femmes ayant arboré dans la rue d'une ville de Gironde, des reproductions factices du fusil d'assaut russe, avaient été déférées au parquet de Bordeaux, pour "violence" en décembre 2015.

Contacté par nos confrères de l'AFP, l'opérateur aéroportuaire de Cheremetievo a assuré prendre la question "au sérieux", même si aucun cas "conflictuel" n'a été signalé pour l'instant.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco