BFM Business

Inquiétante vague de disparitions de grands patrons en Chine

Guo Guangshang, ici à gauche, avec Henri Giscard d'Estaing, lors de l'annonce de la reprise du Club Mediterranée par Fosun en juin 2006. Le patron chinois est le 3ème de l'année à disparaître dans des conditions mystérieuses.

Guo Guangshang, ici à gauche, avec Henri Giscard d'Estaing, lors de l'annonce de la reprise du Club Mediterranée par Fosun en juin 2006. Le patron chinois est le 3ème de l'année à disparaître dans des conditions mystérieuses. - Eric Piermont - AFP

En un an, trois hauts dirigeants de sociétés ont disparu du jour au lendemain en Chine. Sans aucune explication. Ont-ils été arrêtés? Sont-ils en fuite pour éviter de se retrouver en prison? Le mystère reste entier.

Pour les observateurs du marché chinois, le mystère s'épaissit au moins autant que le smog pékinois. Et leur inquiétude va de pair avec une faiblesse manifeste de la Bourse de Shanghai, qui après un redressement sensible, recule à nouveau (-6% sur un mois). Mais tout cela est à la mesure des événements qui touchent le haut patronat chinois.

Ils sont sans nouvelles de Guo Guangchang. L'une des plus grandes fortunes du pays (son patrimoine professionnel est estimé à près de 7 milliards de dollars) a disparu. Et personne ne semble savoir où il se trouve. Fosun, l'entreprise dont il est le patron a néanmoins fait savoir que son patron supposé "disparu" était actuellement en train de coopérer avec les autorités chinoises, sans en dire plus.

Le "Warren Buffett chinois" évaporé

Guo Guangchang n’est pas un simple homme d’affaires car Fosun est l'un des grands groupes d’investissement chinois, connu en France pour avoir repris en 2006 le Club Med, mais qui a multiplié les investissements ces derniers temps. 8 milliards de dollars de participations dans 18 sociétés à l’international au total, rien qu’entre février et juillet de cette année.

La réputation de Guo Guangchang très avisé, et son appartenance à la caste très fermée des milliardaires les plus influents de la sphère économique, lui valent même le surnom de "Warren Buffett chinois" !

Suspension de cotation en catastrophe

Fosun est sans doute un cas emblématique de ces grandes sociétés chinoises d’investissements qui cherchent des opportunités, notamment en Europe et aux États-Unis, en prenant le relais des grands fonds d’état chinois et en n'hésitant pas à investir des milliards de dollars pour parvenir à leurs fins. Les marchés n'y trouvaient rien à redire mais cette disparition, qui n'est pas la première, change la donne. Le titre Fosun coté en bourse a dû être suspendu ce matin, après l'annonce de la disparition pour l’instant inexpliquée de son président. L’affaire a d’ailleurs obligé les dirigeants du Club Med à réagir. Ces derniers assurent que tout cela n’empêchait en rien la société de travailler tout à fait normalement.

Les autres cas de disparitions

En début d’année c’est le DRH d’Alcatel Lucent Shanghai Bell, qui a disparu corps et bien, après avoir écrit une lettre à ses hauts dirigeants, dénonçant plusieurs cadres du groupe pour des faits de corruption. En mai dernier, le patron d’un géant chinois de l’énergie solaire, Hanergy, a provoqué lui un effondrement du cours de bourse de sa société, après avoir disparu sans aucune raison valable, manquant au passage une assemblée générale très importante. 

Et en juin dernier, c’était au tour du président de CALC, le grand loueur d’avions de ligne chinois, d'être brutalement introuvable. Cette disparition a provoqué un beau scandale. Son groupe venait d’annoncer la reprise de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, après des mois de polémique

L’enjeu de la lutte anticorruption

La toile de fond de toutes ces disparitions inexpliquées est toujours la même: le grand coup de balai anti-corruption lancé par le gouvernement chinois il y a trois ans. Les premiers touchés ont les hauts dirigeants du pays, soupçonnés de toucher des pots-de-vin, ou d’accepter de trop jolis cadeaux en échange de services à certaines entreprises privées.

Une chasse aux mauvaises pratiques qui a même provoqué pendant plusieurs années un effondrement du marché chinois du cognac, pourtant prometteur… la liqueur française étant le cadeau le plus à la mode pour corrompre les responsables chinois !

Le coup de balai anti-corruption a pris de l’ampleur après la tempête boursière chinoise de l’été. Les autorités de Pékin allant perquisitionner chez les courtiers en crédit boursier et dans les grandes banques du pays pour y trouver d’éventuels responsables de cette déconfiture des marchés chinois. Même un journaliste a dû s’accuser d’avoir déclenché en partie le phénomène!

Patrons traqués tous azimuts

Les patrons chinois n'échappent évidemment pas à l'intransigeance des autorités. Certains sont accusés de corruption, d’autres de mauvaises pratiques comptables. Et il se murmurent que les disparitions de patrons ne sont pas sans rapport avec ce revirement. Les dirigeants dont on est sans nouvelle pourraient avoir été arrêtés et mis au secret pour être interrogés ou bien ont-ils tenté de fuir les autorités en laissant des "cadavres dans les placards" de leurs sociétés. Certains prétendent qu'ils sont en fuite par crainte de représailles d’ordre criminel. 

Antoine Larigaudrie