BFM Business

Guerre commerciale: le FMI juge sévèrement la politique de Trump

Donald Trump

Donald Trump - Doug Mills / AFP

Trois économistes du FMI assurent que la politique de tarifs douaniers punitifs et d’affaiblissement du dollar menée par Donald Trump est inefficace et contreproductive.

Pour l'économiste en chef du Fonds monétaire international, Gita Gopinath et deux de ses collègues, la sentence est claire : la politique de tarifs douaniers punitifs et d’affaiblissement du dollar, menée par Donald Trump, est vouée à l’échec. Les trois économistes de l’instance financière assurent, dans un post de blog au ton inhabituellement direct, qu’elle ne permettra en aucune manière de redresser les déséquilibres commerciaux, et qu’elle est même contreproductive. « Pour l'essentiel ils détournent les échanges vers d'autres pays », préviennent-ils.

Les tarifs douaniers punitifs « vont avoir un impact négatif aussi bien sur l'économie américaine que mondiale en minant la confiance des entreprises et l'investissement et en désorganisant les chaînes d'approvisionnement, tout en augmentant les coûts pour les producteurs et les consommateurs », mettent en garde Gita Gopinath, Gustavo Adler et Luis Cubeddu. La production, loin d’être rapatriée aux Etats-Unis, est plutôt détournée de la Chine vers d’autres pays à bas coûts, affirment-ils, ce que conduira à creuser encore plus le déficit commercial, bête noire de Donald Trump.

Également dans leur viseur : affaiblir le dollar pour rendre les produits américains plus compétitifs, une autre idée régulièrement évoquée par Donald Trump, qui accuse Francfort et Pékin de volontairement faire baisser leur devise respective pour rendre leurs produits plus attractifs aux consommateurs américains. Les stratégies pour affaiblir la devise d'un pays « sont difficiles à mettre en œuvre et s'avèrent selon toute probabilité inefficace », soulignent-ils, ajoutant que presser la Réserve fédérale de baisser les taux ne permettra pas, non plus, d'y arriver.

Trump vs Fed

Donald Trump attaque sans répit la Fed, l’accusant d’avoir freiné la croissance américaine en ayant augmenté ses taux « trop souvent, trop vite », et réclame une baisse d'un point de pourcentage de son principal taux d'intérêt. « Il ne faut pas se bercer de l'illusion qu'en baissant les taux d'intérêt on arrive à affaiblir suffisamment une devise pour qu'elle améliore durablement la balance commerciale », notent-ils, estimant que « la politique monétaire seule n'est pas en mesure d'induire les dévaluations fortes et durables qui seraient nécessaires pour mener à ce résultat ».

La rédaction