BFM Business

G20: Hollande et Merkel saluent des avancées sur l'économie

Angela Merkel et François Hollande ont  jugé que le sommet du G20 a permis des avancées sur l'économie.

Angela Merkel et François Hollande ont jugé que le sommet du G20 a permis des avancées sur l'économie. - -

Les deux dirigeants européens ont salué, vendredi 6 septembre, les progrès effectués par les dirigeants des 20 plus grandes économies. Des avancées sur la fiscalité ont notamment été soulignées.

Si le dossier syrien reste un sujet très épineux, l'économie fait davantage consensus, lors du sommet du G20. Ce vendredi 6 septembre, Angela Merkel et François Hollande ont, tour à tour, salué les avancées effectuées lors de cette réunion.

Le président français a ainsi noté, lors d'une réunion de travail consacrée à l'emploi, qu' "il y a beaucoup de convergence dans le dialogue de ce G20", ajoutant que "notre objectif commun est la croissance".

La chancelière allemande a, elle, salué les progrès effectués sur la lutte contre la fraude et l'optimisation fiscale: "c'est un sujet qui touche les gens. D'un côté nous luttons contre le chômage et de l'autre il y a des entreprises très florissantes qui ne paient d'impôt nulle part".

L'emploi au coeur du dialogue

Dans une déclaration à l'AFP, Pierre Moscovici a lui souligné que "par rapport à il y a un an, le changement de climat est tout à fait évident". "Aujourd'hui, l'accent est mis bien davantage sur la croissance et l'emploi", a-t-il ajouté, alors qu'en 2012 le dialogue était axé sur l'austérité et les mesures d'économies.

Le communiqué final du G20 doit contenir un échéancier et des engagements importants sur les échanges automatiques de données fiscales, mais aussi sur la régulation des "banques de l'ombre" ("shadow banking"), qui opèrent hors du cadre réglementaire conventionnel de l'octroi de crédits.

Selon le ministre français, le texte va aussi "pour la première fois" évoquer les "trusts", montages juridiques utilisés par les multinationales pour échapper à l'impôt, et qui font la prospérité des paradis fiscaux.

J.M. avec AFP