BFM Business

FMI: Les Etats-Unis face au "mur budgétaire"

Les Etats-Unis doivent dans le même temps prendre garde à stabiliser le niveau de la dette

Les Etats-Unis doivent dans le même temps prendre garde à stabiliser le niveau de la dette - -

L’institution dirigée par Christine Lagarde prévient: si la Maison Blanche et le Congrès ne parviennent pas à un accord budgétaire, les coupes automatiques rendront la croissance américaine nulle en 2013. Et les effets toucheront les autres économies développées.

Les Etats-Unis se prennent un nouvel avertissement. Dans ses prévisions économiques livrées lundi 8 octobre, le Fonds Monétaire International (FMI) s’inquiète d’un point très précis: l’assainissement budgétaire aux Etats-Unis.

L'institution dirigée par Christine Lagarde souligne ainsi que l’urgence est d’éviter "le mur budgétaire" qui, en l'absence d'accord entre la Maison Blanche et le Congrès, entraînerait automatiquement une hausse de la fiscalité et une baisse des dépenses publiques pour éviter de dépasser le plafond de la dette américaine.

"Les deux parties (le Congrès et l'exécutif) devraient signaler qu'elles sont désireuses de parvenir à un compromis et qu'elles veulent que cela soit fait. Cela pourrait aider à la réduction du niveau d'incertitude qui affecte en ce moment les investisseurs et les consommateurs aux Etats-Unis", a déclaré le premier directeur général adjoint du FMI, David Lipton.

Au pire, estime le FMI, cette situation pourrait se traduire par une ponction budgétaire représentant plus de 4% du PIB en 2013 et une stagnation de la croissance économique. Dans ses prévisions actuelles, le FMI n’a retenu des coupes budgétaires ne représentant "que" 1 point de PIB, pour une croissance de 2,1% en 2013.

Non seulement la Maison Blanche et le Congrès doivent trouver un compromis, mais celui-ci doit également être suffisamment crédible pour convaincre les agences de notation.Le 11 septembre dernier, Moody’s avait choisi un jour ô combien symbolique pour lancer son propre avertissement: si les autorités américaines n’arrivent pas à trouver un accord pour "entraîner la stabilisation puis la mise sur une pente descendante" de la dette fédérale américaine, alors les Etats-Unis perdront leur triple A.

La France sera également touchée

Enfin, les retombées d’une contraction budgétaire plus forte que prévue des Etats-Unis dépasseraient le simple cadre du continent américain. Le FMI note que les partenaires commerciaux des Etats-Unis seraient ainsi "fortement touchés".

Plus intéressant encore, en France, Bercy retenait justement l’hypothèse d’un "mur budgétaire" aux Etats–Unis pour construire un scénario pessimiste qui affecterait dans l’Economie française. Comme le FMI, Bercy parlait de coupes budgétaires représentant quatre points de croissance du PIB américian. La France tomberait alors à seulement 0,5% de croissance de son PIB en 2013, et non 0,8% comme le prévoit le gouvernement.

Le ''mur budgétaire" est ainsi un obstacle à la croissance, des deux côtés de l’Atlantique.

Julien Marion et Reuters